PARTIE 2 DU ROMAN Atome décroché ... KAMIL ET SHERLEY.

Vous avez raté la partie 1 VOICI LE LIEN ( 7 épisodes )

FIN DE LA PREMIERE PARTIE ( de l'épisode 7)

Ah ! Les banques, c'est quand il fait beau qu'ils t'ouvrent leur parapluie et à la moindre alerte il le referme aussitôt. Les premiers mois se passa en vitesse de croisière, nous avions pris le large et l’Evasion profita du vent qui était en sa faveur pour voguer toutes voiles dehors.

La réussite à son prix .

 

LE TRAIN SIFFLERA 3 FOIS ... Homme d'affaire .

A l'âge de 25 ans, j'ai commencé à entreprendre. Parti de rien pour avancer, j'ai dû m'armer de courage face à ce parcours de combattant et qui n'était pas mentionné dans un prévisionnel. Mais l’expérience de la vie étant un meilleur professeur, je n'ai jamais baissé les bras . Naviguez sur les liens pour mieux connaître la suite de mon parcours .

 

Idylle 

Fin de "wagon incontournable "

Mon calcul ne m'avait pas trompé, le retour fût une nouvelle réussite. Le Wagon était de nouveau revenue la boîte incontournable des nuits dionysiennes des années 86.

 

Et tous les noctambules au petit matin 

Ne restaient pas sur leur faim

Les derniers rendez-vous étaient à la boulangerie du coin 

Et ils se séparaient tous  à l'orée d'un chemin 

 Heureux et le ventre plein ! 

 

1987, l'année du grand tournant de ma vie, Sherley qui évitait depuis 2 ans toutes mes invitations, m'invita ainsi qu'Alix à venir fêter avec ses amis partager un repas chez sa mère  le jour de son anniversaire . Après la soirée, c'est moi qui conviais tous ses invités et elle -même au Wagon pour le champagne et c'est ce soir là qu'elle avait décidé de m'ouvrir ses bras en m'invitant à danser. Surpris, j'avais hésité et elle me prit la main en me disant que c'était ma nuit de chance, de savoir la saisir et tout s'enchaîna pour une idylle passionnée qui ébranla ma vie...

 

La lune baisse à l’horizon. Il se marie avec le soleil de l'aurore 

 Les rayons dans la chambre des rêves parsemés d'or 

La Belle  aiguise la stabilité de mes désirs. 

J'aime sa peau soyeuse et souple , on y prend du plaisir

 Ma vigueur est  ardente,  simplicité et  complicité 

Dans les mots murmurés, 

Suivis d’un silence plein de rires indicibles

Notre amour sera invincible... 

 

On s'est aimé follement , passionnément ! Elle me répétait souvent que j'étais intrigant , bizarroïde mais qu'elle m'aimerait même dans sa tombe Ah! l'amour  mirifique et maléfique.

 

Peu cartésienne et trop humaine pour diriger, elle ne se destine pas forcément à des métiers d'encadrement et une nuit en juin 1987 Sherley  m'avait annoncé son souhait de changer de parcours professionnel à Paris , elle a une opportunité de stage de reconversion dans un grand magazine pour écrire des éditos et avec sa licence de lettres qu'elle venait d'obtenir , elle choisira la communication pour la maîtrise et être grand reporter c'est son rêve de petite fille  . Cette voie ne m'enchantait pas mais, étant donné que s'était son choix, je le respectais. Elle me proposa de partir avec elle, car selon ses dires, "La vie sans moi, serait fade à Paris". Par mon expérience de la vie, j'avais 30 ans et elle 19, j'étais un peu frileux, vue que notre histoire venait de naître, je lui avais proposé de partir seule. Je ne pouvais pas la faire porter les charges de mes soucis d'homme d'affaire et perturber ses études. Je lui dis que si la destinée avait consigné dans son grand livre nos retrouvailles, même en SIBÉRIE on se retrouverait. Elle prit donc l'avion seule, mais pas un jour, pas une nuit où nous étions déconnectés. Je devais veiller tard pour que chaque nuit nous puissions nous parler au téléphone et en ce temps là, c'était le fixe, il fallait donc veiller à côté du combiné ou téléphoner d'une cabine. Après 2 mois de séparation, je sentais qu'elle craquait moralement et, sur son insistance, aveuglé par les feux de l'Amour, j'avais décidé de tout brader et j'atterris à Paris. A mon arrivée, une de ses connaissances  qui avait une discothèque dans la capitale, avait proposé de nous héberger dans un hôtel, le temps pour moi de trouver un job et un appartement. Aujourd'hui encore, je remercie cet homme qui avait certes, ses défauts comme nous tous, mais les qualités d'un homme au grand cœur, d'une grande admiration pour Sherley . Les premiers mois dans la capitale de l'Amour :

 

L'amour nous donnait des ailes 

Quand je rentrais au petit matin 

Je n'avais les yeux que pour ELLE 

 Je préparais son petit déjeuner câlin 

 Ses plateaux  des repas  toujours au frais 

Elle n'avait rien  à faire dans le loft SAUF  m'aimer .

 

J'ai oublié que rien n'est jamais acquis dans la vie et encore moins l'Amour...

Un dimanche d'un premier mai lors d'une promenade en forêt

J'ai cueilli un brin de muguet 

Je lui ai offerte pour une chance au travail et l'amour accompli .

A SUIVRE ...

Ce roman , tous les faits, tous les sentiments, les personnages ,dialogues, lieux, prénoms ( modifiés ) avec un style où j’essaie de tout mon cœur d'encre d'ancrer un  métissage de  l’exactitude  rigoureuse de la vie d'un homme agrémentée du parfum  exotique  de poésies et des  recherches sur internet   . Les événements bien réels mais la réalité brassée avec mon imagination pour  qu'il n' y ait plus de ressemblance avec des personnes vivantes ou mortes ,ce serait alors une pure coïncidence.

 

Note : veuillez remplir les champs marqués d'un *.

                                                                           Messages reçus 

Nom: CHATELAIN

Message: C'est une découverte pour moi, cette page est vraiment très belle, ainsi que les mots de l'écriture, une belle histoire d'amour si fragile, au prix fort qu'on paye tous parfois. Merci Lucye.

Nom: Montagnac Béatrice

Message: Bonsoir 

je suis passionnément accrochée à cette histoire  

Un homme mur amoureux de la jeunesse pure 

Un amour naissant fragile 

à suivre 

Bonne soirée bisous Lucye

 

Nom: Jean-Marc Muller

Message: Divagation splendide !