Douces pensées .

Texte de LUCYE RAYE.

Images internet !

                                Douces pensées .

 

Promenons -nous comme personne ne s'est jamais promené !

                                Les arbres de la forêt

                      Nous donnent des positivités !

 

Dansons comme aucun n'a jamais dansé !

             La piste de danse est isolée ...

                                      Valsons ....

                                     Tanguons ...

                             

Aimons -nous comme personne ne s'est jamais aimé !

           Dans des endroits insolites et personnalisés !

 

             Écrivons comme aucune encre ne l'a fait!

                       On sera lu et recommandé 

                   Dans tous les livres de français !

 

Philosophons sur l'amour et ses bienfaits

                        D'autres l'ont cogité...

Mais ils ne l'ont pas assez expérimenté

                       Érotisme et sensualité

Comme TOI et MOI  en amoureux sensibilisés"!

 

                     Crions au monde entier 

                              Que la beauté

                 De la femme est pureté

                         Il  faut la protéger 

                         Et surtout l'aimer !

 

 

 

 Commentaire ..(facebook)..Très beau texte .....


 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Coco ijahman (vendredi, 29 avril 2016 16:07)

    Magnifique notre poétesse tes beaux poèmes me font rêver voyager un vèritable moment de détente merciii pour cette excellent travail !

  • #2

    Joelle Brethes (samedi, 30 avril 2016 06:05)

    ... mais peut-on être toujours "original" dans tout ce qu'on fait ? ;-)

  • #3

    Thierry Titiyab Malet (samedi, 30 avril 2016 08:33)

    Femme en danger,

    La femme telle nous l'aimons serait-elle en danger
    Deviendrait-elle un prédateur prête à nous happer
    C'est l'homme qui la pousse à devenir si déchaîner !
    C'est encore l'homme, le mâle qui la veut si calquée

    La formatant en sa condition bestiale, à l'armée (alarmée!)
    Lui enlevant son rôle de mère, l'obligeant à opérer
    En tous domaines,! Pour ainsi la forcer à coopter !
    A nos viles intentions, à notre volonté de posséder

    Tout ce qui appartenait à notre monde, il est vrai
    Fauchant au passage la tendresse d'un être aimé!
    Décapitant l'amour comme s'il était devenu pêcher
    Non femme, rester telles que vous êtes : liberté!

    Et non statut de marbre, refroidie et opportunité !
    Pour ces hommes en souffrances, aux yeux voilés
    Non femme, reste sans épée, et sois notre vérité
    Car vous êtes en secret, cette part de nous cachée

    Trop orgueilleux pour l'admettre, trop molestés
    Par la folie meurtrière qui nous pousse à tuer !

    …/...

    Thierry Titiyab Malet (le 30 avril 2016)