Brouillard !

Texte de LUCYE RAYE . ...

Image internet !

                             Brouillard !
         

           Une pluie drue   me fouette,
    Une flagellation en gouttelettes:
Une pénitence  drainée  par les nuages!
        Des buées m'inondent le visage.
                   
                   Mon île se trempe
             Obstruction de ses tempes !

      

               Je ne vois plus la mer
     Assombrie de brumes amères!

 

             Je n'entends plus les cris
                           Dans les abris
                        Des rares oiseaux
                   Ils sont bien trop haut !

 

Brouillard épais sur les pans des montagnes
Je suis emprisonnée comme dans  le bagne !

      

                 Les palmiers sont secoués  avec ce vent
  Qui descendent et montent comme un cerf volant....

 

                            Je suis le mouvement
                     Mon corps en balancement
                       Mes larmoiements se séchant
                      Avec l'ivresse de ce vin blanc !

 

                    J'oublie mon cœur de prison
                     Je dessine ce désert de pont
                            Pour une évasion!

 

Cette humidité persistante brouille les pistes 
                       Il faut que je résiste
                 Car ses invisibles chaînes
                   Je les écrase sans peine!

        

            Poursuivants de la nostalgie
                              Sont anéantis...
                              Ils m'ont perdue
              Le brouillard m'a secourue !
       
        Je vais m'ablutionner dans les plaines
         Caresser  mes moutons et leur laine
         Collecter les glands de mes chênes

    Et apprécier les sucs de mes fleurs reines!

 

"L'eau qui baigne la fleur, l'eau qui de ses baisers presse la terre avide, seule chose ici-bas qui, sans vieillir, se ride et pleure sans douleur !"
Victor Hugo

Le ver de Victor Hugo et la photo capturés sur la page de Facebook de Pascal Ruiz !

Commentaire de Pascal Ruiz :***Une fidélité qui m'honore et me réjouis. Mettre, si besoin était, Victor Hugo en avant, est la preuve que ce peintre de la poésie a mérité sa postérité. Merci Lucie.

Photo de Coco !

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Coco ijahman (vendredi, 03 juin 2016)

    Superbe poème j aime beaucoup te lire Lucie bravos et merciii

  • #2

    Patrick norton (samedi, 04 juin 2016 09:03)

    Vive la vivante poésie.. Mercie de partager ton inspiration qui traverse la mer, brise les frontières,et anime les coeurs..