PLUME DE SANG FROID !

Textes de LUCYE RAYE et de Jean Marc Muller !

Images internet (retouchées textes)!

 Vidéo you tube :"Une femme battue prend une photo par jour "!

 

                       Du texte de MONSIEUR Jean  Marc Muller "PLUME DE SANG":

 

                                           "J'ai écrit "sans sang et de sang froid"!

                     Poètes ,écrivains ,amis :rejoignez nous dans ce combat: Ecrivez !

                                 Plume de sang froid !

                         

                              Ô femme !Ressaisis toi !

                                   Tu es belle ...Jolie!

                     Comme une fleur dans la prairie !

                  Les bleuets vont rougir de jalousie !

 

Assieds toi ,prends ta feuille volante ou ce vieux cahier d'écolier

                 Que tu as gardé dans ce tiroir rouillé!

                                     Fais voler tes mots

                               Tu verras que tes maux 

                                          Vont verdir

                             Et tes bleus vont guérir !

 

Je suis une femme avec ce crayon rougissant

                    Aucune tâche de sang

                    J'écris de sang froid

Même si mes émotions sont hors la loi !

 

                       Je t'aiderai à courir 

                      Pour ne pas mourir

Je marcherai  sur tes pas lors de ta fuite 

Je te guiderai sans peur :personne dans notre suite !

 

Écris ...

      Crie ...

                Menons notre combat 

Ô FEMME ....On sera quatre bras !

               Ô FEMMES DU MONDE !

Traversez les ondes de vos plumes de sang 

Nous sommes les plus fortes dans l'avènement !

 

C'est un commencement d'un autre règne

On n'a plus le droit  de te frapper de haine !

           La vie est une lutte qu'on mène

                      Même si on peine !

 

                  Ma plume est reine !

    Ta plume  est ton cœur de laine !

 

 

 

                  

MESSAGE reçu *:C'est un de tes plus beaux textes ! Absolument magnifique !( d'un ami) !

                                                          "Plume de sang" .

La soumission. Comment la femme maltraitée, diminuée, enfermée peut-elle renaître ? 

Plume. Elle devient plume. 

On la fait taire, alors elle écrit. 

Le dernier carré de ses meurtriers, souvent sa parenté, lui demande de cesser d’écrire et lui promet la paix en échange. 

Ainsi on espère quelle se taise, qu’elle ne crie plus, qu’elle attende la vieillesse, qu’elle se limite à soigner ses enfants, et qu’elle se soumette au plan archaïque ! 

Elle tente toujours de reporter ses espoirs sur ses enfants qui sont les premiers témoins du désastre ! 

Et c’est précisément là le piège : le père ne vaut rien, toi femme tu dois assurer : tu vas sauver la famille, tu es l’élément stable, aimant et fiable. Tu dois t’occuper des enfants et du mari. 

Quel beau destin ! Aide aussi ta sœur, ton frère, ton cousin, tes parents quand ils seront vieux alors que toujours ils t’ont abandonné ! Tu es formidable ! On te marche dessus, mais tu es formidable !

Les femmes le savent, elles ont consenti à cette servitude volontaire ! 

Fais comme elles ! Tu n’as jamais eu de mère ni de sœur, tu n’en as connu que les chaînes que le cœur fabrique au premier jour où tu as vu ta nature de femme.

Ne sois pas surprise de considérer que ton sexe n’est pas beau, que tu n’es pas belle, que tout ton être est laid, détestable et impur !

Impur ? Qu’est-ce à dire ? Qu’appelle-t-on impur ? 

C’est le résumé de toutes les soumissions, toutes les contraintes qui s’imposent à toi. 

Il n’y a pas d’impureté ! 

Le sang ? C’est la vie en action. C’est la fécondité. C’est la vérité des générations à venir, de la perpétuation de l’espèce, de la succession des mâles eux-mêmes. 

Donc les mâles sont eux-mêmes impurs puisqu ’ils passent par les femmes pour exister ? 

Leur haine a donc bien une raison, une explication absurde et terrible. Jeune garçon on leur apprend à voir leur mère frappée, puis à la surveiller et même la frapper à l’occasion. Puis finalement ils adhèrent aux meurtres infâmes de leur monde sans joie

Je vais encore appeler au secours, à l’aide ! 

Je ne demande pas grand chose : chacun, notez un nom. Dites-moi que vous avez côtoyé ce terrible malheur.

Dites-moi que vous l’écoutez et que vous soutenez celles qui écrivent et s’affirment. 

Croyez-moi : les mots roulent et soulèvent l’univers. 

Ils sont la première forme de l’espoir. Ils réunissent les forces libératrices, l’espoir et le salut.

 

Commentaire ****de Claudine Marchais Dendraël Une merveille votre poème Lucie Mayot Crescence, à sa lecture je me sens revivre, une autre femme vous sachant près de moi ! C'est vrai, j'écris mais garde jalousement mes douleurs et malheurs cachés, même sur mon blog ! Encore merci et de douces bises amicales pour vous qui accompagnez mes pas !  

 

Merci COCO pour la vidéo !ET la photo pour le numéro de Téléphone !

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Coco ijahman (mercredi, 29 juin 2016 09:31)

    Le texte est magnifique dans la douleur ... que de vèrité pour toutes ces femmes malheureuses... et la poésie tellement belle merciii et bravos à vous deux

  • #2

    Joelle Brethes (mercredi, 29 juin 2016 16:15)

    Cela commencerait-il enfin à bouger... à changer ?