ALIZÉ.

Texte de LUCYE RAYE.

Images internet !

                                    ALIZÉ.

 

                         Le vent d'alizé

                               Très frais

Pour clôturer notre hiver  austral

Il souffle très fort :un adieu hivernal!

 

        Il siffle dans mes persiennes

          Mon âme se lie à la tienne

                   C'est mon message

                Pris dans les nuages

        Il tourbillonne sur les vagues

Et avec celles  du fond se marie aux algues

         Arrive jusqu'à toi sur tes terres 

         Tu étends tes bras à la  mer!

 

              Tu le sens pris dans ta veste

                  Avec ton vent d'ouest!...

Des belles caresses te parcourent les clavicules

De longs  et bons  frissons avec cette canicule!

 

Ô VENT DE MON ÎLE!

Tu n'es pas si pénible

Du coin ,là où je t'admire 

Toute la nature vibre..

                        Les palmiers  résistent...

                Même les flamboyants encore verdoyants persistent

                      Car des douces fleurs précoces percent timides

Dans les feuillages touffus pour nous signaler une saison  torride ...

                                              Et rien n'est frigide 

                                  Tout se procrée : Tu es avide

Des paresses secrètes ,incolores et fluides

           Multiples sont tes sensations

   Insaisissables les manifestations...

Tu glisses sur nos corps et tressailles nos peaux ..

                 Notre été sera chaud !

 

Message reçu ce matin d'un ami ***Très joliment tourné !

PHOTO DE COCO

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    Thierry Titiyab Malet (lundi, 29 août 2016 12:47)


    Le temps

    Le temps sur nous est bien passé
    Et Moi, naïf, je me suis empressé
    L'automne arrive à grands frais !
    Mais rien ne me gêne, ni m'effraie
    Je le sais comme en chaque actualité
    Livré à lui même, beau et si inconsidéré
    Le temps passe mais je ne veux pas l'emprunter
    Je me sais là pour une vie que d'autres voudraient insulter
    Pourquoi m'en soucier, pourquoi m'en embarrasser si ce n'est
    Que pour vous voir à chaque croisée, bien inutile et comme moi encombrées
    De ces mille interrogations, de cette envie de se précipiter dans le vide et en la volupté
    Moi si je suis c'est que l'avis aura transgressé quelques principes, tu sais ceux liés à l'été
    Tu vois bien que tu ne devrais pas t'en inquiété, tu sais que je suis là, pour toi et pour être l'allié
    Je te sais en ce havre de paix, en ce monde inconsidéré mais je te sais heureuse en toute sa volupté !

    Thierry Titiyab Malet (je sais)


  • #2

    Coco ijahman (lundi, 29 août 2016 20:16)

    Waouh deux magnifiques poèmes merciii Lucie et Thierry

  • #3

    Evelyne (jeudi, 01 septembre 2016 11:54)

    Superbe flamboyant......sublimant vos écrits...