Recueil ..."PEUR"

Recueil ..."PEUR"  13  Textes de LUCYE RAYE écrits entre le 17 septembre et le 21 septembre 2016 lors de la panne de téléphone et réseau internet )!

IMAGES INTERNET (certaines en cadeau de Coco )

                                              (  1  )BIP ...

Bip ....Bip...

Muet le bipppppppp...

Il est mort  la lumière 

Il est mort l'éclair !

Le silence de mon univers !

 

Le téléphone ne sonne plus 

Il ne rit plus

Ne pleure même plus

Je ne parle plus !

 

Qui a donc tué ma raison de vivre ?

Qui a racketté  mon deuxième livre ?

 

Et là dans le coin de ma rue 

Je suis toute nue 

Que mes cheveux réchauffent mes épaules 

Ils m'ont tout pris du toit au sol !

 

Tous mes habits ,

Ton drap aussi 

Ma voix 

Ta voix 

Nos bleuets  ont jauni

Le soleil siffle  d'ennui !

 

Bippppp

Aucun Bippp...

Mais jamais ils prendront mon  cœur qui résonne

De poèmes  rouges qui  déraisonnent !

Enfin le téléphone sonne 

Un Clic ...Ding Ding............................Allô.

Ok ....Je lance mes mots !

 

                             ( 2  )  VOUS!

            Que ferais je sans vous?

                        Des coucous 

              En longueur de journée

Sur les réseaux sociaux  bien achalandés

Sur un téléphone  ou sur un ordinateur 

Beaucoup de bonheur !

Et quand vous ouvrez la fenêtre de mon domaine 

Un site bleu  vous accueille de  vagues en  chaîne !

 

En symbiose avec vos commentaires échangés

     Vos " j'aime" sur Facebook,vous cliquez !

C'est une relation étrange  de ce siècle sans feuille

   Mais une lumière belle ...Au fil de mes recueils!

 

              Tout est en numérisé:

         En e book ou en version papier*

On se croise ,si vous avez commandé

                Dans mes livres édités 

        Posés sur une table de nuit ,dans un sac de femme

        Ou sur un banc du jardin! C'est toujours mon âme !

 

Je vacille de toutes vos attentions...Et  de vos messages commentés

                       Je vais m'attarder sur ma personnalité 

                Un vrai dilemme ....Forte et sociable

                            Mais fragile car trop insatiable

            On a tous des  tourments : la solitude et la tristesse

Pourrissent certains  matins :donc je vous livre de la hardiesse !

 

Merci de nous donner la main

Ne plus avoir peur du lendemain!

 

L'essentiel pour moi c'est juste de vous dire : Merci !*

Merci d'attendre mes poésies 

Mes histoires  poétiques insolites

Merci de les faire vivre si vite

En les partageant 

En les commentant

En les achetant...

Un ouragan de  recueils dépliants

 

A bientôt sur mon océan bleui

Entre deux poésies ....

 

****Pour ceux qui ont déjà reçu  le livre Arôme ou Broderie : m'envoyez un message pour  recevoir  ma dédicace ! (voir sur BLURB ...ou Amazone )

*"Que ferais-je sans vous" Merci .... Strophe à la dernière page de mon prochain recueil 5V

                                     (3) Insolite .

Mes jours sont longs sans toi !

Tes jours sont longs sans moi !

Nos jours sont longs sans nous !

 

Cet incident sur le réseau

Perturbe sévèrement mon cerveau !

Mais ma plume n'est pas silencieuse 

Mille pages comblent ses absences malicieuses !

 

Je préfère sourire !C'est une coupure insolite !

Que je cesse de remplir cette bouteille si vite !

Que je ralentisse mon rythme 

Que je fasse reposer mes rimes !

 

S'habituer à nouveau à une vie à l'ancienne 

Reprendre des rendez-vous derrière les persiennes !

Mais mes journées sont interminables

T'attendre encore des heures c'est intenable !

 

Mais l'espoir ,la joie de vivre font battre mon coeur!

Je respire au réveil :c'est un bonheur !

Même si nos corps sont figés par cette paralysie virtuelle !

Nous avons nos billets  de la vie réelle

 

Avec les poussières du soleil levant 

Et du couchant 

Qui caressent les brins de fleurs 

Dans notre paradis tout en grandeur 

 

Nos  tickets sont oblitérés

Bien rangés

Et nos mémoires ne sont pas altérées !

On va se les échanger 

Tu auras le mien 

J'aurai le tien !

 

Ne pensons plus aux choses que l'on a pas !

Pensons à celles qui sont là 

Bien précieuses

Nos vies sont rieuses !

 

            (4)  VITAL

J'ai tant besoin de toi 

         De tes bras 

       De tes  baisers

De ton corps et t'aimer !

 

     J'ai tant besoin de toi

De tes yeux pour regarder pour moi !

            De tous tes sens

      Revigorer mon essence!

 

Tu as autant besoin de moi 

              De mes joies 

    Et même de mes peines

       Pour les tresser de laine !

 

Nous avons tant besoin de nous 

         Etre allongés ou debout 

                    Se soutenir

        Et  d'amour se nourrir !

 

Comme nos mains sont sculpturales

Besoin de nous...Urgence vitale!

 

        (5) Froid de vert .

 

Le rouge a habillé ta forêt

Le vert s'en est  allé

Jusqu'au prochain été...

 

               Entre  ton automne et  ton froid gris

             Les branches se pareront de givre durci,

L'émeraude de ton  printemps pour les bourgeons

         Se patientera durant tes deux saisons

                                 Ils sont si tendres

                       Cachés dans mes méandres!

 

Car les bras de mon hiver

M'étreignent ici avec un pull over !

            Je tremble de froid

Notre atmosphère fait sa loi !

 

            L'alizé me berce tout bas en chanson

Mes montagnes verdoyantes récupèrent mes frissons

Les échos résonnent avec le grondement du volcan

Les laves rougeoyantes : c'est un réchauffement !

 

Ici le rouge et le noir sont en union

Ils consument le vert  en fusion !

Mais le ciel est larmoyant

Il lutte avec le feu bouillant !

 

La nature est devenue impudique

             Tout est érotique

Mon île s'ouvre de mille failles

Elle est danseuse  dans ses entrailles !

 

      Et je l'accompagne en son d'accordéon

             Le soleil ,mon compagnon...

               Ce disque de rayons d'or

        Me livre un paysage que j'adore !

 

   L'orangé a capté ce vert de désirs 

              Je valse de plaisir

           Devant cette lumière universelle

  Comme La Fournaise   ,ma retenue se fêle

 

Je me déshabille avec le frais flambant

Je me cambre ,je virevolte, je me déroule  vivement 

Je m'enivre de tous les brûlants vins .

Vert de froid  tourbillonne en parfum!

 

                (6)      PEUR. (1)

 

Pas de réseau ni téléphone 

Que tu me pardonnes !

Ecrire des missives comme avant 

Une promenade ...Les cacheter et les oblitérant 

Petit facteur :presse tes pas

Car l'amour n'attend pas !

 

C'était du temps

il y a bien longtemps 

Quand Messenger  n'existait pas 

Une lettre à distribuer au pas !

 

Peur de l'ouvrir

Mains tremblantes à écrire!

Peur de l'avenir ...

 

Retrouvons l'insouciance d'antan

Quand nos bouches se touchant

              En tremblotant !

 

Peur de n'être pas au rendez vous !

Etre heureux de la pluie qui tombe sur nous !

Peur de partir

Même peur d'avoir un fou rire !

 

Mes poésies se composent de mes pensées qui s'affolent

Je les stocke dans ce coin du bureau  :une fenêtre qui vole !

Tu les liras un jour quand le postier de lumière

Sera de retour sans les éclairs !

 

Peur de sa couleur bleue en robe  

Peur que l'on me les dérobe!

Mes lettres se posent 

Comme les anciennes roses 

J'ai peur qu'elles ne s'abîment 

Je crains pour mes rimes !

De l'anxiété pour ma muse ...

La modernité a brisé mes ruses !

 

Pas de réseau ni de téléphone 

Que tu me pardonnes !

Dans tes mots ,je suis à la quête des miens 

Je crie avec les majuscules et les points!

J'AI PEUR...

PEUR ..... 

                                                                           (7)   PEUR  2

Le  temps est sorti du sentier du passé 

                            A rencontré 

                   Les fibres optiques 

                            En oblique

      A tout cassé pour se venger

   En virus, le présent est contaminé 

                 Et la peur 

            Revient en capteur

          Ankylosée dans la peau 

          Tapie dans le cerveau!

 

L'angoisse accélère de partout

Début de l'idylle : elle infecte tout

Seul l'amour sort vainqueur 

             De cette peur !

 

LUI s'encre en Elle

ELLE 

Se lie 

A  LUI...

Le temps d'une plume ,d'un clin d' oeil

Leurs corps frissonnent comme ma feuille

Et l'anxiété avance comme mes vagues en flux 

                         Et recule en reflux !

 

Ce noir en murmure fuit 

Notre souffle devient lumière aussi !

Nos voix :des échos soudain

Nos écrits cherchent nos mains

On n'a plus peur de nous aimer 

Même si l'effroi a voulu nous  les voler

La peur s'en est allée

Un rapt de nos âmes enfin récupérées

Inépuisables et limpides

Notre demain est translucide !

 

 

                                                            (8)  ENVOL ....

 

LUCYE RAYE a écrit le récit de sa vie

Tous les détails y sons inscrits 

Enfance 

Adolescence 

Les baisers volés

Les chagrins opprimés

Ses amours de femme et son mariage

La joie d'être mère ,de donner le sein à ses bébés sages!

 

LUCYE RAYE a voilé  son deuil

Pour ne pas flétrir les glaïeuls...

Elle a changé de route

Pour ne pas aller à la déroute 

Elle a connu les îles ,les atolls 

Des vastes pays au vol .

 

Les premiers tomes n'étaient pas pudiques 

Très érotiques

A l'image de la dame lubrique 

Tout en gardant un style humain

Pour qu'on lui donne la main!

 

Et maintenant ,ses poésies ont pris une ampleur

Qu'elle parsème de part le monde à toutes les heures

                Elle valorise ses vers enrichis

                             Le tout fleurit !

 

LUCYE RAYE a eu une vie inextricable ,mouvementée

               Des curieux ont lu les feuillets 

Une panoplie de vues car un parcours pas ordinaire 

Ni quelconque :Si tout était à refaire 

Elle n'hésiterait pas un instant 

En purifiant

Son indécence

Avec son exubérance :

Jamais elle  ne reniera le Tu de sa vie du passé

Il accentue le  Vous du présent en plus de curiosités !

 

Le Tu se rapproche de Vous 

Pour être plus près de Nous...

Le Nous de LUCYE RAYE  n'est pas imposé.

Tout est consenti ,accepté !

Les grands esprits se rencontrent en communication

Nous faisons l'envol de nos sens en communion!

 

           (9)  Rosé !

Je me laisse planer

Sur ma feuille orientée

Vers ce Nord  automné

Pour que mon cœur ensanglanté

Reprenne une couleur plus rosée !

 

Je veux  m'envoler 

Un peu plus en légèreté

Mes cheveux au vent

 S'aimer dans l'instant 

Prendre l'orage le plus virulent

Rejoindre ton hiver puis ton printemps

Car c'est notre  plus bel automne

Il ne te  sera plus jamais monotone...

 

S'aimer d'une ivresse constamment

Notre amour uni jusqu'au sang

Nos regards aux pupilles dilatées

S'accrochent au cyclone annoncé

Aux signaux du volcan en fumée

En orangé .....En rosé 

Le Rien  assombri ....

Le Néant  ,ce trou noirci ...

 Disparus à jamais !

 Notre amour ne fait que commencer !

 

                                                              (10)Simplement te dire

 Simplement te dire

Que cette envie de t'écrire

Remplace la musique :

Ce sont mes notes magiques:

Quand cet orchestre s'arrêtera

Le violon continuera!

 

Simplement te dire

Que je veux me nourrir 

De nos lettres d'amour :

Dans notre absolu toujours!

Quand ton encre séchera

Ta main me valsera !

 

             Simplement te dire

Que nos proses, il ne faut pas les faire  mourir

Que je pleurerai de ne plus  voir notre soleil !

Continuons à paresser  notre sommeil

              De doux câlins

               Au petit matin !

 

Simplement te dire

               De rire 

Devant ce train qui ne s'arrête pas

De prendre soin de toi!

 

Car entre nous ,tout est magnifique:

On s'aime de caresses douces et féeriques

Même si la peur du silence  est partout 

Sauvons notre NOUS:

Nos  promenades dans nos près luxuriants

Nos éclairs ,nos printemps 

Nos vents les plus violents

Nos volcans les plus rougissants

Nos ballades aux impétueux torrents 

Ce NOUS sur mon marché exotique

Et sur ta terre en chevauchée fantastique !

 

Simplement te dire que nos corps se cherchant

  Se font , se défont par nos cris sur le fil d'argent

              Et que nos chapitres  en ivresse 

         Comblent nos absences en hardiesse !

 

                            Simplement te dire 

Que je t'aime !Je ne cesserai jamais de te l'écrire !

 

(11 )      Oublie -moi !

Oublie -moi !

Même si ce là fait mal

Cette lettre de ma main  écrite

Car je la veux manuscrite 

Et qu'elle garde toute ma sincérité

Pour qu'on ne  puisse pas dire que mon âme ait été capturée !

           Que l'on m'ait  influencée ....

Que mes encres aient plus d'impact

                   Sur cet acte !

 

Ma feuille n'est plus de couleur rose mais brunie

Ce sont  des auréoles de pleurs  aigris !

 

Oublie-moi !

Dis !Tu nettoies ...

Toutes mes empreintes de la cave au grenier

Du salon à la chambre à coucher !

De la salle de bains 

A l'abri du jardin 

Même les traces dans ton garage :

Oh !Tu as aussi des larmes sur ton visage !

 

Tu as mal aussi TOI !

Oublie-moi !

J'ai vidé les armoires 

Tous mes tiroirs 

J' ai laissé sur une tablette

Qu'une nuisette

Encore imprégnée de parfum

De nos plaisirs de certains matins !

 

Oublie-moi !

Conduis -toi !

Jusqu'au ruisseau 

Déchire mes mots 

En mille morceaux 

Ils vont disparaître au fil de l'eau !

 

Je ne suis plus là pour racketter ton souffle 

              Je le sais  :je t'essouffle !

Installe- toi dans ton bureau 

Écris l'avant propos :

Le destin nous attendait  au coin d'une rue

En ce dimanche matin ,elle était nue

 Baignée du calme de l'aurore 

La fraîcheur était d'or ...

Voilà le début de ton  roman

Que tout le monde attend 

L'intrigue ...Notre histoire :un long prologue

Suivi de milliers de chapitres jusqu'à  notre épilogue !

                                 OUBLIE -MOI !

               Ce  titre captivera selon moi !

 

                            (12) Surprise !

 

Après une longue journée de travail laborieux

Un homme rentre chez lui ...Heureux !

Il fait déjà sombre 

Aucune lumière :tout n'est qu' ombre !

Un frisson de peur traverse son échine

Mais il est fort ,il s'incline !

 

La porte est entrouverte dans cette pénombre sans âme

 Un silence de plomb ...Il appelle sa femme !

                                 RIEN ..

Il grimpe les escaliers :tremblantes ses mains !

Le lit n'est pas défait 

Une enveloppe sur l'oreiller !

 

Il s'installe dans le salon

Et lit à voix haute "ce morceau de chiffon"

Car tout est griffonné 

D'un crayon noir mal taillé !

Toujours de ses vers rimés

Et signé ...OUBLIE-MOI !........

OUBLIE-MOI !........

De ta meilleure artiste maîtresse :

            Ta poétesse !

Il se sert une rasade de whisky

Et reste là toute la nuit 

Sursaute au moindre bruit !

Il est plus de minuit 

Il va s'allonger dans ce grand lit !

VIDE 

Vidée de sa Elle 

Plus d'espace sans elle !

 

Au petit matin ,des cernes sous les yeux  de pleurs

Une barbe de deux jours :Où était son bonheur?

Une douche ,un bain ,un rasage ...

Son ordinateur dans son sac :une vraie cage

Dans son bar du coin,il  va s'installer 

A sa terrasse habituelle...Les codes d'entrée 

il prendra congé 

Et satisfera ses volontés

Il écrira ce  livre sacralisé....

Mais pas de OUBLIE MOI !

Que serais -je sans toi ?

Que ferais-je après toi?

 

Et il est tellement concentré ...Il écrit :

"Je connais tes points sensibles,tu seras à ma merci"...

Quand une ombre passe devant sa table ,il ne lève pas la tête 

Mais c'est cette robe soulevée par un vent de fête:

Une surprise !Debout ... Un bond !Il renverse chaise et eau

Ils filent comme l’éclair sans un mot. 

 

          (13 )   Amour métaphorique !

     

Tu apprécies me voir affamée

             Très spontanée

         La tête bien pleine 

Encrée avec le tan de nos chênes!

       Tu adores me voir fluette

          Et surtout bien faite!

 

Tu aimes que je te regarde avec des yeux interrogateurs

         Car je te sais rusé ,   très joueur !

             Je veux atteindre tes points délicats

           Mais tu ne cèdes pas , je ne romps pas !

 

Tu es mon chêne ,je suis ton roseau 

Tu me donnes ta sève et tes copeaux 

         Je te balance en douceur

         Dans nos lieux de candeur !

 

Je savoure tes glands et tes feuilles jaunes

A mes pieds sans résistance lors des automnes !

Tu frémis de mes caresses audacieuses sur ton tronc tanné

Je gémis avec  la brise du soir  sous la voûte étoilée !

 

                Je souris de  te voir bouleversé 

                 Par les lierres enserrées

Quand les mousses au printemps verdissent dans ta futaie,

S'étalent jusqu'au rivage de mon ruisseau émerveillé !

 

Nous sommes les verdures de la création

Nous goûtons à la vie depuis la procréation 

Arbres centenaires, roseaux fragiles ou saules 

Comme la nature , personne ne s'affole!

 

            Nous nous promenons heureux

                 Nous mourrons très vieux

                 Nos amours en  métaphores  

          Nous accompagneront au delà de la mort !

 

Merci d'avoir lu ce recueil jusqu'ici ...Donnez moi votre avis en commentaire ci dessous . ...Ou  sur la page d'accueil "français" dans contact !

La poétesse !

D'un ami :absolument magnifique !

 

Pour tes merveilleux poèmes de Coco +la photo ...

***DeJean-Pierre Nativel Comme d'habitude des jolies poésies Lucie ! 20 sur 20
FÉLICITATIONS
BRAVO toujours sur le bon chemin
Continue Lucie....

 

DE Claudine Marchais Dendraël Très original, il est sûr que rien ni personne ne nous enlèvera notre coeur, source de tant d'émotions ! Merci à vous !

Écrire commentaire

Commentaires : 4
  • #1

    Coco ijahman (mercredi, 21 septembre 2016 15:37)

    WAOUH WAOUH ☆☆☆☆☆☆ je me suis régalé Lucie tous tes sublimes poèmes sont plus beaux les uns que les autres ! Quand tu lis et que tu perds la notion du temps c est magnifique tu es transporté de bonheur tes poèmes me font cet effet!MERCI et BRAVO

  • #2

    Pascale (mercredi, 21 septembre 2016 17:40)

    C est magnifique , je sais pas comment tu fais mais c est magnifique, féerique et en même temps réel

    Continue à me faire rêver , ne T arrête pas Bisous

  • #3

    Liliane Céline (vendredi, 23 septembre 2016 19:58)

    HUM ....de toute beauté ,magnifique je ne trouve pas mes
    Mots tellement que c'est beau
    Savoir saisir les p'tits moments
    De beauté et de douceur .
    Merci Poétesse ...

  • #4

    ptit valere (samedi, 24 septembre 2016 10:03)

    Elle sont super super