Cinquième étage !

Texte de LUCYE RAYE.

Images internet (première retouchée) !

                                      Cinquième étage !

 

Du haut de mon cinquième étage 

La ville s'est éteinte comme mon visage 

Et la lune d'une ocre pâle de son grand disque blanc

Enveloppe toutes les zones en décroissant !

 

En équilibre sur ma rambarde 

Je suis sur un perchoir de lumières blafardes

La vie m'offre ce qu'il y a de plus beau 

Le silence et l'amour vus d'en haut !

 

Je tressaille au sommet de mon monde

             Qui traverse sur les ondes

Car une voix voluptueuse résonne notre refrain,

A traversé le temps dans les  souterrains !

 

Une porte se referme : ton pas dans cette lueur

Je me retourne! Je sursaute de ma douce torpeur

Nos étreintes cherchent la pénombre tendre et propice 

On est envahi de désirs complices !

 

Notre ville est devenue bleue

Notre étincelle allume les feux

Car je t'attendais depuis longtemps

Mon  éternel printemps !

 

Ton corps m'enseigne la vie

Tu devines ma folie

La lune a fui

Du haut de mon cinquième étage

Un renouveau de passage!

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Thierry Titiyab Malet (samedi, 24 septembre 2016 10:56)

    Perché sur mes convictions, suspendu à ses conditions
    Je ne voyais plus la vie, pour moi tout était 'abnégation
    Sur ses remparts, j'errai dès lors, ne sachant que faire
    Puis ton visage m'est apparu, j'ai chancelé sur les fers!
    Sur cette rambarde où s'accrochait mes doutes d'hier
    En bas le monde s'abandonnait, et moi sur mon cahier
    J'écrivais mes souhaits d'un monde plus dans l'humanité