Parfum de solidarité .

Texte de LUCYE RAYE .

Images internet +++(ma photo modifiée)

                            Parfum de solidarité .

 

En ce mois de décembre 

Où tout doit être ambre

Une larme perle dans les yeux "couleur grain litchis"

De la cafrine ,fille des îles des esclaves affranchis!

 

Ils ont eu le courage de briser les chaînes

De suer de haine

De s'enfuir et de marronner*

Pour vivre leur liberté !

 

La larme coule sur la joue déborde sur la main 

Elle l'éponge avec ses longs cheveux de satin

Et crie Ulysse et les pairs

Pour reformater la terre

 

Ou écrire sur le parchemin

Un onzième article de l'écrivain

Car les dix commandements sont bien trop loin!

On tue des enfants pour un joint

La poussière envahit les villes dès le matin.

 

En ce mois de décembre  

Tout n'est que cendre

Mariages et fêtes

Sont planifiés....Elle tourne la tête

Car son cœur est une vraie tempête

 

Ses mots sont d'une tristesse monotone

Dans ce pays là bas une fin d'automne ,

Cette saison glaciale  a pris son cœur 

Alors que c'était des noces de bonheur !

 

Le passé revient en film commandé 

Un réveil sur un présent 

Construire un pont pour un futur alléchant !

 

La cafrine crie ses mots de larmes reposées

Des longs vers  non anticipés 

Elle recherche la paix

Elle s'est libérée

Et a fané le parfum de la solidarité 

 

Pour que demain...

Sur le sable ,un autre chemin

Les vagues de souffrances mourront loin des humains

Pour l'amour de nous 

En lamento plus doux.

 

LUCYE RAYE 11 décembre 2016 ( dans le recueil "Pour l'amour de nous"

 

 

****20 décembre fête de l' abolition de l'esclavage

*Les Marrons se réfugiaient généralement dans des lieux inaccessibles. À la Réunion, par exemple, ils fuyaient notamment dans les Hauts de l'île, dont ils furent les premiers habitants. 

2 PHOTOS DE COCO

 

MESSAGE et PHOTO DE Claudine Marchais Dendraël Splendide poème LUCYE RAYE ! Merci pour la solidarité un peu trop oubliée en ces périodes de fêtes où l'on pense d'abord à papillonner !! Amitié !

 

Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    Evelyne (dimanche, 11 décembre 2016 10:00)

    Triste description mais si vraie de notre Monde actuel .....

  • #2

    Coco ijahman (dimanche, 11 décembre 2016 10:15)

    Merciii Lucie un poème émouvant et bien écris bravos

  • #3

    ait abdel (dimanche, 11 décembre 2016 12:26)

    Quel esclavage et quelle abolition? Vous me voyez donc pas qu il a seulement changé de décor?
    Avant les esclaves étaient enchaînés et s ils s enfuaient on leur coupait le pied puis s ils récidivaient la jambe et la cuisse après. Tortures physiques en somme.
    Actuellement, les gens de toutes les couleurs subissent un nouveau genre d esclavage:on est esclave d 'argent , de mode ,du pouvoir et de la femme même par endroit.
    Les chaines sont morales donc plus accablantes que les boulets que traînaient tes ancêtres au pieds.... Je fume du café en attendant un autre Toussaint Louverture pour nous libérer!

  • #4

    Thierry Titiyab Malet (dimanche, 11 décembre 2016 15:54)

    Liberté et marronnage!


    Bonjour, (bonne soirée ou bonne nuit)

    Je ferai un petit intermède sur la réaction de AIT Abdel pour lui dire, vous dire, que je me sentirai toujours l'escale d'un autre! Mais jamais je ne voudrai devenir mon propre esclave par lâcheté ou par acceptation des déviances de ce monde!

    La liberté n'a que le nom mais aucune définition à ce jour !

    Cependant, il m'est si agréable de me pencher sur mes racines, celles que nous présentent si bien Lucie.

    Nous devons toujours chercher à nous affranchir car ainsi va la vie depuis son commencement : l'un ordonne, les autres obéissent !

    Ne nous sommes pas délivrés de nos parents même si les liens n'étaient pas visibles (il faut couper le cordon dit-on !)

    Cela nous est dur (plus ou moins pour certains) terrible parfois pour nos parents qui doivent nous voir partir ailleurs!

    Mais dans cette vie nous devons nous affranchir de tout et nous aguerrir en même temps.

    Les chaînes ne sont plus visibles mais les manipulations oui! Ne nous aveuglons pas nous-mêmes en portant des jugements inutiles mais luttons pour une harmonie dans la paix.

    La paix commence en soi!

    Nous sommes en 2016 et nous sommes toujours enracinés dans nos préjugés, empêtrés dans ces maudites lois créées par l'homme! Nous nous pensons différents des autres de par nos cultures, nos soi-disant couleurs de peau! Nos religions et nos engagements personnels!

    Pourtant nous n'existons pas sur le plan universel! RIEN

    Mais je garde tout de même l'espoir d'un monde meilleur!

    En écrivant (comme le font Lucie et beaucoup de poétesses et poètes) nous nous exposons aux critiques mais nous devons relever nos plumes pour traduire la misère en justice, pour donner de l'espoir aux femmes et hommes qui doutent de leur propre existence et nous devrions dénoncer toutes les injustices!

    Nous avons aussi un devoir de mémoire : nous nous engagerons pour la paix et non pas un monde utopique et parfaitement manipulé par les puissants de ce monde.

    Nous devons écrire les choses qui sont pensées bien trop bas et qui mériteraient d'être dites!

    Gardons ce lieu (ce site) hors du monde politique et préservons là des affres de la médisance ! Merci

    Merci pour vos engagements

    Thierry Titiyab Malet

  • #5

    Evelyne (dimanche, 11 décembre 2016 19:14)

    Seul Thierry , avec tout son art de manier les mots et les formules pouvait exprimer ce que l'on ressent tous-es , bravo !
    Et je redis , beau texte Lucye