POÉSIES pour "la ligue des poètes 2017"!

DU 6 MARS AU 31 OCTOBRE 2017....Mes nouveaux textes seront collés ici au fur et à mesure  !      

Harmonica de l'amour.

Je marchais tête baissée

Parmi des passant trop pressés

Quand les notes d'un harmonica

Ont fait ralentir mes pas

 

Au détour de cette  rue

Je t'ai entendu

Toi ,tu ne m'as pas vue 

 

Je t'ai suivi du regard

Tu semblais hagard

Tu jouais en déambulant nulle part 

 

Demi tour sur mes talons

Je ne pouvais pas lâcher ce son

Te laisser comme çà sans raison

 

Je t'ai appelé 

Tu t'es retouné

Et là pour toi , j'ai chanté :

 

La foule s'est empressée

Tous nous regardaient

Ma voix n'était pas cassée

 

Tu as repris le refrain

Nos chansons du matin 

Quand on était dans le bain 

 

Cette année là ...

Ne me quitte pas

Et là ,avec ton harmonica ...

 

Tu m'as serrée dans tes bras

Les applaudissement n'en finissaient pas !

Alors tous deux  , on s'est éloigné

 

Dans  le parc d'à côté

Et l'on s'est parlé

De cette sacrée vie de notre passé

 

Très enlacés

On ne s'est plus quitté

Et on continue à s'aimer 

 

Cet harmonica nous lie à jamais

Il faudra avec mes livres le relier !

LUCYE RAYE 19 août 2017

 

MARIAGE DU VENT 

L'alizé me chuchote des mots attendrissants

Il me parle à l'oreille 

Me susurre des merveilles

Pour un retour dans mes vers d'antan !

 

Le vent siffle dans mes arbres géants

Filaos ,cocotiers 

Sont les échos de forts tamariniers

Des baisers fougueux  avec les parasols des  fanjans*!

 

Entendez -vous ces gémissements ?

Ils tourbillonnent sur la mer

Les nuages rejoignent l'univers

Une magnificence du mariage du vent !

 

Une union de la terre et de l'océan

On ressent l'orgasme à répétition

Les vagues d'argent sont des partitions

Une agréable mélodie  ...Un beau chant !

 

C'est un appel à mes poésies d'avant :

Toute la nature luxuriante

Chantait avec mes lettres arborescentes

Mon écriture répondait  au vent .

LUCYE RAYE 

*Fanjans....Un fanjan est, à La Réunion, une fougère arborescente. 

 

Je vous conseille cette  noce en vidéo you tube avec l'union ornée de la voix de la poétesse et du vent  et des images google (LA REUNION ) Photos personnelles de mes recueils (Boutique en ligne  Blurb ,Amazone)...Merci au poète illustrateur Thierry Ti Yab Malet pour sa participation !

 

Coeur océan.

Je glisse sur mon océan

Avec un  coquillage 

Un bénitier ramassé sur le rivage

Une seule  voile dans le vent

 

Vêtue de fleurs tropicalisées 

A perte de vue ma petite île

Mon séga  en équilibre sur le fil 

Je danse avec mon alizé

 

Je chante avec mon volcan

Il crépite de laves enflammées

Mer et ciel se sont mariés

Voguant avec le soleil couchant

 

Reflétant sur cette eau claire

Des milliers d'étoiles

Des fumerolles sur une toile

Mon coeur océan ne peut se taire

 

En haute mer ,trop timide

Face aux  vagues déferlantes

Bien trop puissantes

Je recherche mon guide 

 

Au loin ,toute la nature me sourit

Les falaises  sont rougeoyantes

Ma terre est devenue ardente

C'est un paradis.

 

Mon  coeur est d'azur

Il touche  l' horizon

Mais quand les nuages font des bonds

J'ai peur d'être impure . 

 

Mon coeur océan pris dans les houles

S'agrippe à une planche

Avec des roses blanches

Surfe et s'enroule

 

Il cherche un coeur serein

Un amour pour naviguer

Une âme marine toujours gaie

Pour siffler avec les serins

 

Ma mer est d'huile ce matin 

Je nage et je me promène

En chantant des choeurs de reines

Accompagnées de mes oiseaux marins .

 

Mon coeur est océan

Tantôt pleurs en tempête

Ou rires en doux remous de fête

Il se balade au gré du vent !

 

En sirène d'écriture ou amazone dans mon île intense 

Avec des flèches d'encre à ma plume en arc 

J'ai les yeux  sur tout le parc

Je vise en cris et en écrits pour plus d'espérance .

 

LUCYE RAYE  13 août 2017

Merci à la poétesse Maissa de m'avoir donnée ce joli surnom !

 

Éloge à la poésie !

La Poésie est à son apogée,

On chavire les sentiments des festivaliers !

Des vers se posent sans détresse

Même si souvent il y a le stress.

 

Avec la poésie ...On est vivant à l'aube claire

La muse avec des  nouveaux airs !

 

La poésie c'est le pleur du nouveau né

La joie des parents hébétés.

Le sourire de la maman découvrant son sein

Une prière à tous les saints

Pour un bonheur sain 

Le rire du papa qui  le soutient

Lors de ses premiers pas trébuchants du matin !

 

La poésie c'est l'homme et sa bonté ,

Le monde et sa beauté

Ce sont des fleurs et des abeilles

Qui les butinent au soleil .

La poésie ce sont des oiseaux dans l'arc en ciel

Une bruine mariée  aux nuages vermeils !

 

La poésie ...C'est aussi un cri 

Un appel dans les écrits 

Un engagement pour la liberté 

Contre les guerres et honorer la paix !

 

La poésie ...Des graffitis sur un mur de prison

Ceux qui demandent pardon 

Griffonnés au charbon 

La poésie ...Des lettres illisibles depuis des ans 

Beaucoup sont emprisonnés innocents .

 

C'est une tragédie de  nos illustres poètes 

Un drame à cogiter dans nos têtes

Ou tout simplement ...La poésie

Une sublime comédie

A lancer nos vers de rires à la vie !

 

La poésie c'est l'amitié 

L'amour d'un été

La ronde des saisons

Où se parsèment les déclarations

Qu'importe le temps 

Hiver , printemps

Pluie , neige ou arbres rougeoyants

Ce sont des "je t'aime" dans le vent !

 

Poésie ...Six lettres à écrire

Des cinq doigts à embellir

Toutes les mains se lient

Une union d'amour et de folie .

 

La poésie c'est l'âme du poète 

Ce sont ses mots en fête 

Aussi des maux en exutoire 

Qu'il purge dans ce purgatoire !

 

Océan poétique  en une course de voiles

C'est une page sur la toile

Brillent la lune et les étoiles

Une tapisserie brodée de milliers de points

Une joie quand au siècle prochain

Nos livres bien rangés avec Corneille

Combleront les nuits sans sommeil

 

Des générations clameront nos poésies 

Dans des théâtres ...On sera au paradis !

Et par mon courant  avec les rayons magiques

Mon rayonnisme  sera éternellement poétique !

LUCYE RAYE 10 août 2017

 

La ligue mise à nu !

Le 6 mars 2017 : Un baptême de  vers

Beaucoup de lecteurs sur le quai

Des foulards fleuris sur la jetée

Des houles poétiques brillent sur la mer.

 

 La croisière a levé l'ancre

Une sirène en des stridents coups de sifflet

Les dés étaient lancés

Pour tenir la barre  : remplir les encres.

 

Toutes les plumes se valent ,

Avoir de l'audace

Ne pas dissimuler les as

Pas de naufrage sur le chenal . 

 

Les poètes se mettent à nu ,

Ils font valser les lettres de noblesse

Sublime culture de poésies d'ivresse :

Des chefs d'oeuvre  imprévus !

 

Des cris en écrits

,Des exutoires, des hommages

Remplis de réflexions ,  de messages 

De l'amour ...C 'est du rêve aussi  la poésie

 

Beauté de la nature

Des endroits inconnus 

Nos sentiments sont mis à nus 

On se découvre par l 'écriture.

 

Des confidences dansent en tango

Avec des véritables romanciers ;

Se tournent même avec les vacanciers 

Des pages entières en partition sur le piano .

 

Des écrivains confirmés sont présents

C'est un plaisir de les  lire

Et les réseaux sociaux sont des délires 

On a créé des liens amicalement !

 

Quelques uns commencent à s'essouffler

Car il faut continuellement  jongler 

Ecrire ,choisir ,publier

Voter ,commenter , partager 

 

Et surtout éviter de changer de profil 

La machine n'a plus de détecteur

Pour des appels aux administrateurs 

Et c'est la galère sur le fil !

 

Il n'y a pas  des embrouilles 

Pour récolter les votes en fruits juteux .

Détecter les plus talentueux :

Que les talents ne soient pas en vadrouille !

 

C'est un jeu d'épée

Un duvet de fleuret sans se blesser : 

Mais tout est permis  pour déstabiliser

Et un accident est  si vite arrivé

 

Mon yoyo , pendant plusieurs semaines

S'est laissé balancer sur le lierre

La souricette des îles  est restée prisonnière 

Rires avec la  souricette des villes en capitaine .

 

Le fil s'est rompu dans l'océan 

Dans l'attente des réparations

L'alizé envoyait mes publications 

J'ai tenu bon dans le vent .

 

C'est toute une organisation 

La place n'est jamais acquise 

Dans cet art  d'escrime ,on poétise 

Beaucoup de fierté : aucune abdication

 

Jusqu' au mouillage  final

La ligue  déshabillée  mise à nu

Continuons à la vêtir de belles tenues

Pour le  feu d'artifice au terminal !

.

L'ultime nuit du 31 octobre sera décisive

Pour couronner de lauriers le podium

Mais mériteront de l'or femmes et hommes

Ils ne mourront jamais  : leurs poésies sont définitives .

 

 * Le vainqueur sera la Poésie avant tout , 

   L 'amitié entre les auteurs 

   Et les lecteurs

    Par dessus tout .

 

LUCYE RAYE    * La dernière strophe : Commentaire de mon texte La ligue ....Une croisière poétique !

 

Eux ...Les  bipolaires .

Je ne suis pas bipolaire , je tâtonne

Sur un seul rayon monotone 

Pour rendre un hommage à des millions d'anonymes

Avec un mal invisible  que je brise dans cet hymne !

 

Etre bipolaire :

Obscurité et lumière !

 

Les bipolaires vivent et sont dissimulés

Sur une portion de terre fissurée :

Une grande solitude 

Les habite en amplitude :

Un énorme et lourd bagage

Souvent un avantage

 

Car...Dans la vie

Pour ceux qui les apprécient

Par leur créativité

Leur grande sensibilité

Rien n'est impossible avec leur capacité

D'énormes bonnes volontés

Innovations

Toujours des solutions

Et enrichissement d'émotions

Un cadeau bien emballé

De rubans dorés

Avec des rires

Et des histoires à faire sourire !

Et quand ils sont amoureux 

Que des éclairs dans leurs yeux !

Ils sont très  audacieux

Avec la perle rare 

Leur amour  comprend cette tare 

Ils sont dans le domaine des stars .

 

Et ....Puis ...

Un matin ,il n'y a plus d'énergie

Un esprit silencieux à l'envers

Le sombre crie de travers

C'est le doute qui s'accroche

Le rayon est terne avec les proches

Défilent dans l 'âme du bipolaire

Angoisse ,pleurs et désespoir

Tout devient noir.

 

Alors...

Il n'y a plus de réconfort

Rejet comme un mal contagieux 

Un brouillard dans les cieux

Ce sont des infréquentables

Leurs idées ne sont pas gérables

On dit d'eux qu'ils sont fous

Parce qu'ils ne pensent pas comme nous .

 

Mais ...C'est à cet instant 

Lors de ces douloureux moments

Qu'ils ont besoin de tendresse

Une discussion dans la hardiesse 

Faire fondre la souffrance 

En leur donnant de l'espérance .

 

Depuis... Que le monde 

Est monde 

Le big-bang de l'humanité 

Des incognitos remplis de crédibilité 

Des illustres  inconnus 

Des peintres ,écrivains reconnus

Scientifiques , artistes ,hommes d'affaires

Ont été et sont des bipolaires .

Au fil des ères

 Tout un mystère

Pour partager  leur savoir-faire ...

 

 Et ...Dans notre siècle de luminosité

Soyons remplis de fierté :

Ils sont forts 

Ils ont beaucoup d'apports

Captons cette manne d'or 

Gardons -le ce trésor 

Ne pas fermer la porte 

Car ils nous apportent  

Ce qui a de plus précieux 

Des dons malicieux !

 

Des millions d'anonymes sont dans le silence

En gémissement ...Besoin de notre indulgence 

Ils sont si fragiles 

Les bipolaires se balancent sur deux  fils .

 

Ce sont des phénomènes : ma devise au finale 

Tout sauver avec l'amour phénoménal !

 

LUCYE RAYE  4 août 2017   

A lire le long commentaire qui suit et regarder une vidéo 

   (association Tic tac 08 )

 

 

Un texte dans la référence internet  google "Nous, les bipolaires - Dr. Abdelaziz Soudani "m'a inspirée pour rendre  un hommage à tous les hommes ,les femmes qui subissent cette maladie ....Autrefois appelé  psychose maniaco-dépressive, le trouble bipolaire fait partie des troubles de l’humeur auxquels appartient également la dépression récurrente . Ce n'est pas imaginaire ..il faut des soins appopriés ,un suivi et beaucoup d'amour . 

"Une liste de personnes connues (dans le désordre) ".

".........Steve Jobs, Thomas Jefferson, Lindbergh, Baudelaire, Montaigne, Molière, Voltaire, Chopin, Jim Carey, Winona Rider, Marlon Brando, Audrey Hepburn, Ben Stiller, Cary Grant, Marilyn Monroe, Napoléon Bonaparte, Alexandre Le Grand, Princesse Diana, Abraham Lincoln, Roosevelt, Churchill, Howard Hughes, George Byron, Gérard de Nerval, Hemingway, Honoré de Balzac, Virginia Woolf, Graham Greene, Charles Dickens, Emily Dickinson, William Faulkner, Michael Crichton, Edgar Poe, Agatha Christie, Jack London, Hector Berlioz, Rossini, Georg Haendel, Sergueï Rachmaninov, Ray Charles,Peter Gabriel, Michel Ange, Van Gogh, Sigmund Freud, Isaac Newton, Friedrich Nietzsche, John Ford Nash, Beethoven, Claudel, Sting, Einstein.........

Des millions d'anonymes  ne prétendent nullement se comparer à eux, mais ils ont  la souffrance en commun. "

Bonne continuation à tous ...La poésie c'est du rêve mais aussi des réflexions et des hommages . Ayons le regard toujours sur les autres  avec  les vacances qui continuent ! Poétiquement vôtre .

Lien  vidéo  association Tic tac08

 

 

Tango des ...BALEINES

La Réunion  , île intense

Avec son volcan et ses houles immenses

Et en cet hiver austral ,un autre spectacle grandiose

Une danse majestueuse des baleines à bosse !

 

Un ballet sur leur route dans nos eaux

Ces géantes des mers  capturent nos maux 

Et de leurs mots

Chantent avec les vagues en boléro 

 

Ce sont des sublimes musiques 

En ultra sons magiques

Qui traversent les océans

Un appel pour que l'on soit prudents

 

Car elles protègent les baleineaux

Leurs sauts hors de l'eau 

Un vaste éventail de tempos 

De styles rythmiques à un tango .

 

Nous éloigner de leur approche

Leur admirer avec leurs proches

Le silence est rompu 

On se donne plein la vue 

 

Les safaris baleines sont  d'une telle organisation 

Que la mer s'ouvre devant les prestations 

Un panorama de projection .

LUCYE RAYE 30 JUILLET 2017

Vidéo you tube du 30 juillet Ile de la Réunion : Baleine et son 

baleineau - #gotoreunion - 30/07/2017 

   you tube 

 

+++++Tous les ans durant l’hiver Austral les Baleines à bosse remontent dans les eaux chaudes de la Polynésie Française pour mettre bas et élever leurs baleineaux.

 

Ballade de l'amour : que je t'aime !

Une chanson de nos amours...De nos seize ans,

Elle n'a pas pris une ride à travers les ans

Des paroles  amoureuses très riches

Ce sont mes métaphores fétiches .

 

Que je t'aime ! Un slow magnifique

Nos lèvres se frôlaient  très pudiques

Nous étions très intimidés

Notre flamme a été déclarée

 

Que je t'aime ! De notre vie d' adolescents

Que je t'aime !  Nos souvenirs d'antan ,

Une balade* de jeunes amants !

Que je t'aime ! De notre futur évidemment !

 

Et maintenant ...J'écoute encore toute tremblante

Que je t'aime ! Ma voix fredonne frémissante

Je voudrais encore bien de tes mains

De ton corps en sueurs sur le mien

 

Que je t'aime ! Que tu brises mes peines !

Que tu me fasses ta  reine !

Mais tu t'es évanoui avec le vent

Mon "je t'aime" se meurt  en soupirant .

 

Je ne sais plus si je respire  encore

Mes "que je t'aime" sont bien morts.

Oh ! Que je t'ai aimé ! Lors de nos matins de fauves ,

De nos folles  nuits mauves .

 

Je t'aimerai  jusqu'à 

Ce que sonnera mon trépas !

 

Ma ballade* de l'amour ...Alors

Que je t'aime ! C'est mon trésor !

LUCYE RAYE 28 JUILLET 2017

En 1969  QUE JE T'AIME DE  Johnny Hallyday 

*ballade=poésie  ...........Balade=promenade

 

Danse des orchidées

Je marche  toute esseulée

Dans ce jardin d'orchidées

Je les cueille pour faire un bouquet .

 

Te l'offrir  mon bien- aimé

Ton bureau sera décoré .

 

Mon espace bleuté à proximité 

Me fredonne un chant d'été

C'est une vague enchantée 

 

Un appel de la mer

Pour les naufragés d'hier

Une mélodie que clame l'univers

 

J'y dépose une tige  de  fleurs

Elle  s'étale et danse sur les lames de cœur

Un va- et -vient de splendeur 

 

J'observe le balancement 

Dans le courant de cet océan

La gerbe tangue avec  l'éloignement

S'unit avec le paille -en -queue tout blanc .

 

Une seule s'échoue toute fripée

Sur le rivage abandonné

 

Après cette valse manquée

L'orchidée me supplie de la sécher

Pour retrouver la chaleur

Dans un silence de bonheur!

 

Elle sera mon marque page 

De ton livre  de poésies si sages 

 

Je reste suspendue à ses mots

Sa blancheur a le goût du beau

 

Je range les pétales  de cette aventure 

Dans ton exquise littérature

 

Avec les  rayons du soleil couchant

Au crépuscule rougi de laves de mon volcan

Je te retrouverai mon amour et ta passion

Ta sculpture de création 

 

Je vais dévorer tes strophes chaudes et  avides

Je poursuivrai mes songes  sans le vide 

Avec  les embruns et  la douce senteur 

De cette magnifique fleur !

 

LUCYE RAYE 26 JUILLET 2017

 

JE T'OFFRIRAI...

C'est mon cœur  rouge de feu 

Ouvre- le !

 

Je te fais cet aveu 

Étoilés  sont mes vœux .

 

Je t'offrirai mes yeux

Pour voir au -delà des cieux 

 

Je t'emmènerai sur mon océan

Pour admirer les vagues d'argent 

 

Je sacrifierai mes oreilles

Pour que tu puisses entendre les abeilles

 

Je te soutiendrai sous les branches

Avec les bourdons ,tu caresseras mes hanches

 

Je te prêterai  mes lèvres

Tu  guériras mes plèvres 

 

Je te parlerai de nos musiques

Toutes nos chansons magiques 

 

Je te vouerai tous mes sens

Nous danserons jusqu'en transe 

 

Tu écouteras nos paroles d'amour

Tu les valseras sur ton piano toujours 

 

Je t'offrirai ....Il n'y a  plus de mots 

Car notre amour est bien trop beau 

Et c'est la beauté de mon cadeau !

LUCYE RAYE 23 JUILLET 2017

 

LA MUSE .

Rivage de solitude  avec tous les embruns

Crépuscule du ciel

La fenêtre se ferme sur le parfum marin :

Avec un ultime soleil .

 

Aurore  ou soir ...Un avenir incertain

La muse s'est éteinte dans l'arc-en-ciel

La lumière a  balayé tout son teint

Disparu dans le flux artificiel .

 

Et un certain  matin 

Une vague brodée de flanelle

Se passionne de ses dessous de satin :

Multiples frissons dans toutes les dentelles 

 

La senteur est de jasmin

L' amour est inconditionnel

Des bras remplis de câlins

Font renaître  la Belle 

 

Les caresses se forgent avec l'étain 

Une sculpture  de la poésie fraternelle

Un tableau  peint

Ce sera éternel .

 

La muse  ressuscitée sur ce dessin

Elle reprend  la main sur son destin!

LUCYE RAYE 20 JUILLET 2017

 

Grande dame exotique .

Dans l'océan indien :

Un minuscule point

 Une lumière 

Un appel éphémère

Une éruption volcanique

Des vues féeriques .

 

Une perle en havre de paix

Personne ne la hait 

Fille  de  délivrance

Malgré la souffrance

Dans ce monde en dérision.

La terre  devant sa vision

Est en admiration :

La guerre n'est plus qu'un leurre

Les yeux  brillent à toute heure

Les enfants sont heureux :

Le cratère  est en feu ,

C'est à la Une :

Jalouse est  la lune !

 

Son réveil  nous émerveille ,

La demoiselle se réveille ...

Les pentes s'enflamment

Elle est devenue femme

Le ciel se  rend et se pâme .

L'eau et le feu  vont-ils s'embrasser

Ou vont- ils s'affronter ?

 

 La mer déverse ses houles de larmes

Les falaises sont ses armes !

Le grand bleu  refuse les boucliers

Pour que la Fournaise puisse l'enlacer !

 De laves , la montagne s'embrase  ,

Elles s'étalent : un  strip-tease  avec emphase !

  

Ô  ! Mon île magnifique

Tu es pacifique

Tu es une Dame

Une terre avec une belle âme

Ton chapeau de blanc de reine

C'est ton Piton des Neiges .

Ta robe aux eaux tumultueuses

Se pare de  bleue en dentelles joyeuses .

Ton  volcan en fusion

De joie c'est l'explosion .

 

De l' érotisme fleur

C'est du bonheur

Ta demeure est fleurie

Ici on vit au ralenti

Tu nous éblouis

Petite île magique

 GRANDE DAME EXOTIQUE :

 

Mon île de La Réunion

Tu portes bien ton nom

Tous tes rayons 

Sont en union !

 

LUCYE RAYE 17 juillet 2017 ...Textes de mon site (2015 )revus et modifiés pour la ligue ...

Images internet (cartes postales modifiées + Le volcan en éruption depuis le 14 juillet 2017 : quelques clichés de Serge Gelabert/Corail hélicoptères, des première et deuxième 

journées de cette deuxième éruption du Piton de La Fournaise cette année. On ne 

s'en lassera jamais. (réf journal zinfos974)

 

Acrostiche : Ligue... Cyclonique Des Poètes.

LIGUE

 

Liberté pour ce 14 juillet

Identité ,fraternité

Grandissons dans la paix

Unissons -nous

Egalité sans se mettre à genoux !

 

LIGUE

 

Liberté  : hommage au prix Nobel de la PAIX

Interdit d'écrire et de publier

Gravir une vie  incarcérée

Un poète  pacifiste  nous a quittés

Étouffé , jusqu'au dernier souffle emprisonné.

 

Ligue cyclonique des poètes

 

Le monde tourne et l 'océan dort.

Invisible : Le vent n'est pas mort ;

Grondent les vers sur la ligue

Univers des  artistes  intrigue

Et pourtant ,ils  se fatiguent !

 

Cyclone annoncé 

Yoyo continue de jouer 

Coeur  dévasté

Larmes  inondées

Oeil tourbillonné 

Nappe de mots   en alizé

Ivresse des houles océanisées

Qu'elles fouettent de plumes de liberté

Union de toutes les encres contrôlées

Et surtout que l'ouragan reste de flexibilité .

 

Des réseaux sociaux explosent

Et tous les poètes osent

Sur cette vague aux si fines clauses

 

Poésies se magnifient d'histoire d' Ô .

Oh ! Ligue d'en haut

Envoie- nous des pensées d'eau

Touche et facilite la correction des âmes 

Emerge  ses hommes et ses femmes ;

Sache  qu'ils te réclament !

LUCYE RAYE  14 juillet 2017   

Une pensée ce 14 juillet 2017 pour les victimes des attentats ...Et Nice Ville martyre  et un appel aux administrateurs qu'ils s'occupent de ceux qui réclament leur aide pour publier !Car nous avons cette liberté de publier Merci la ligue .VIVE LA LIBERTE ...

HOMMAGE au prix Nobel de la Paix Liu Xiaobo Emprisonné depuis 2009 ...Mort sans avoir vu son prix .RIP

 

Vagabond de lumière .

Sur son bateau au doux nom de Aïna*,

Mon homme navigue ! L'ange le guidera .

Il affronte tous les dangers dans ses bras .

C'est un marin né entre deux draps

De l'union des vagues qui l'affectionnera .

 

Sur le quai , je fais mille pas

Je prie tout bas

Que l'océan ne lui retienne pas 

 

Les nuages sont si las

La mer est hors d'état

Une houle touche le mât

Il ne rentrera pas !

 

C' est un commandant en branle bas 

De combat

Dans ce cas là 

La peur ne lui touche pas .

Il ne reviendra pas .

 

Ce soir ,la lune ne me regarde pas

Elle a les yeux rivés sur ce roi:

Son guide . Cet alizé si froid

Souffle bien trop sur moi

Je dois rejoindre notre toit .

 

Crier de toutes mes émois 

Que le grand bleu ne l'avale pas !

Un vagabond  si droit ,

Il  croit  

Au ciel  et à la croix .

Il subit les tempêtes depuis des mois

Je l'attendais à  Saint Eloi 

Ses voiles ne pointeront pas !

 

 

Le téléphone  sonne trois fois

Je sursaute tremblante de joie :

Je réponds  ALLO d'une monotone voix .

 

                      TOI

Mon amour : je vais jeter l'ancre de  ma Aïna

Ne sois pas dans le désarroi

je t'aimerai bientôt comme il se doit

Dors mon ange ! La lumière autour de moi

Me ramène près de toi!

C'est notre promesse selon ta foi

Oui , je serai là !

 

                       MOI

Ô TOI...Mon âme de capitaine

Tu es sur toutes les chaînes

Viens vite  ! Tu aimeras ta reine !

Nous chanterons du Verlaine ...

 

Je murmure déjà

" Le ciel est par-dessus le toit ..."

 

LUCYE RAYE 11 JUILLET 2017

 

*Aïna est l'ange vagabond qui apporte la lumière pour quiconque la croise sur sa route.

 

Guérison d'amour .

L'amour s'en est allé

La douleur s'est encastrée

Des cheveux  aux orteils

Refus du sommeil 

 

C'est  le choc, le déni, la colère 

Laisser couler des larmes amères

Prendre conscience de la séparation

Passez le tunnel vers une rémission .

 

Il faut et surtout résister

Sortir  ce  clou  du pied

Cela fait tellement mal

Des maux que l'on avale

 

Des  cris que l'on bâillonne

Des gifles que l'on se donne

Des écrits que l'on bâcle

Mais on attend un miracle

 

Toi ,tu étais là ! A proximité.

Tu m'as soulagée

Un regard . Un silence .

Opération de délivrance

 

Aucun matériel pour ouvrir la plaie

La maladie du coeur  effraie

C'est tellement abstrait

Un  seul baiser  suffisait

 

Reprendre confiance

Tes caresses en abondance

Tu as arraché cette épine

Nos sensations nous dominent

 

Et maintenant tu cours avec moi

Tu m'emprisonnes dans tes bras

Tout mon être t'appelle

Un renouveau avec les hirondelles !

 

Sur la blessure cicatrisée : une rose miraculeuse

Mon amour ,je suis enfin heureuse !

LUCYE RAYE  8 juillet 2017

 

Le soleil n'est pas mort .

Un lieu sinistre et sombre ,une radio grésille  ... La voix de Nicoletta : il est mort le soleil ! C'était le siècle dernier où nous étions tous heureux ,nous dansions des slows d'été .

A présent ,nous sommes plusieurs à être des otages dans cette immense cave. Des femmes et des enfants ! Les hommes sont absents car ils ont été forcés de rallier un camp! 

Le soleil est mort .

 Anéantie la lune ! 

Une habitude de la pénombre !

Quelques brins de lumière  nous éclairent .On nous apporte à boire et à manger une fois par jour et il faut résister .Nous ne connaissons pas nos geôliers.Marcher en rond .Chanter nos chansons .Réciter nos poésies .Et dire nos prières .Les petits dorment ou jouent à une marelle improvisée avec une craie .J'ai mon crayon à papier et un vieux cahier où je note nos jours emprisonnés et les divers récits de la journée . Déjà un long mois .De temps en temps ,on entend du bruit ...On nous surveille :  des drôles machines avec un oeil ,il paraît qu'on les surnomme des drones ...

J'écris cette ultime article car demain ma faiblesse aura prise toute mon énergie ! Verrai-je encore mes fils ,ses solides gaillards qui sont dans la résistance ? Pourrai-je embrasser une dernière fois mes petits enfants qui sont eux à l'abri dans un pays étranger dans une famille d'accueil ?...T'ai-je dit que je t'aie toujours aimé ? NON PAS ASSEZ .Te souviens tu ? 

Et je fredonne cette chanson  : Il est mort ...Il est mort le soleil quand tu m'as quittée ...Et je griffonne des rimes sur la page noircie :

Toi Amour  que j'aie connu

Je t'ai perdu 

Les bras de la mer nous ont séparés

Sur la ville ,il pleuvait

Puisque le ciel pleurait .

 

Toi  que j'aie quitté

Ce soir d'été

J'étais désespérée

C'était un acte manqué

Un adieu anticipé .

 

Toi mon ami que j'aie rencontré

Sur des pas de danses valsées

Nos confidences à l'arraché

Nos baisers à peine volés

Un amour avait commencé !

 

Toi mon amour d'antan

Tu me manques mon confident 

On est parti plus vite que le temps 

Et on ne peut plus le rattraper évidemment .

 

Je rêve encore tant pis

Tu es dans les songes de mes nuits .

 

Toi mon chéri 

Dis

Dis moi OUI .

Les rayons n'atteignent plus mon corps

 Tout refuse le dehors 

 Ma peau n'est plus  de soie

Sans toi

 

Mon  amant d'autrefois

Tu reviendras là-bas

Il ne pleuvra pas 

Nos yeux riront avec le soleil qui n'est pas mourant

Nous nous aimerons du coucher au levant .

 

Une main caresse mon visage ...Je suis en sueur sur cette hallucination  et ...J'ouvre les yeux!

Tu es là .Tu me serres dans tes bras .Ce n'était qu'un cauchemar . Avec tout ce qui se passe dans les flux des actualités ,mon sommeil est trop perturbé ! Tu m'offres de l'eau ...

NON ...Je veux boire à ta bouche .

Je veux me nourrir de ton amour sur cette couche .

Et je me rendors  tout contre toi dans notre chambre satinée .

Le voilage frisonne  : C'est l'astre  du jour ! Le soleil n'est pas mort .

Je souris .

Toi ,tout repu à demi nu ,tu dors à poings fermés .

Et là ,je me souviens des images de frayeur .Ce n'était qu'un délire...Et je l'ai écrit car dans ce monde ,il y a des endroits où des humains vivent un enfer .

Pensons à eux .

LUCYE RAYE 5 JUILLET 2017

 

Chanteuse pour la paix ! 

Non tu ne mourras pas

Oui tu vivras 

Non tu n'oublieras rien 

Oui  l'amour sera là demain  ...

 

La dernière  chanson  se déroule

Acclamée par la foule 

La star  salue si seule sur cette houle 

Le rideau se ferme avec les échos 

Ce sont les dernières notes du piano 

 

Elle s'éloigne des bis et  des bravos 

 Monte dans sa loge là -haut.

Démaquillage 

Un autre voilage. 

 

Entourée de gardes du corps dans une voiture blindée 

Retour dans son île trop surveillée !

Partout où elle est ,elle rencontre la solitude 

Son existence : un océan de lassitude 

 

Le silence est rompu par le téléphone,il vibre 

L'imprésario sur la fibre 

Un autre spectacle dans une autre salle 

De la capitale. 

 

Sa vie est pourtant vide sans son pays

Elle a laissé sa  famille et tous ses amis 

Les bombes chavirent ses emblèmes 

Elle n'a plus ceux qu'elle aime 

 

Ses cordes vocales sont ses émotions pacifiques

Pour ses célestes musiques.

De toutes ses vibrations ,elle écoute son coeur 

Quand tous résonnent ses paroles en choeur

 

Ses larmes se déversent sur les glaïeuls 

Il y a bien trop de linceuls.

Pour un futur...Pour demain 

Joindre les deux mains 

 

La chanteuse est à genoux 

Elle prie pour nous

Elle murmure de ses lèvres balbutiantes

Mille merveilles pour une étoile transcendante. 

Elle remercie la vie de lui donner tant sur cette terre 

Alors que d'autres souffrent l'enfer.

 

Dans quelques heures , de nouveau elle chantera . 

Contre tous les attentats :" Non ,tu ne mourras pas !"

Et à travers tous les horizons 

Beauté ,vérité  pour s'aimer à l'unisson !

 

Quelques pas devant cette mer démontée

Elle est repartie de zéro pour tout donner

Sa voix ne sera jamais cassée

Elle se bat pour la PAIX .

LUCYE RAYE 2 juillet 2017

 

ISAbeille .

C'est un conte de merveille 

Cette histoire d' ISAbeille .

ISA , un beau prénom 

Froissé en notes de violon !

 

Un beau jour ,elle suit la patrouille 

Mais elle a encore la trouille 

En ouvrière pour récolter les pollens ,

Les nectars dans cette forêt qu'elle aime !

 

Elle se cache dans une  orchidée  très jolie

Car elle veut faire des rimes  en poésie

 

-"Magnifique fleur peux -tu m'aider ?

Je ne suis pas ici à butiner 

Je veux tout simplement slamer "!

 

-" Oh ! Oui "! Dit la vanille blanche .

"J'étale mes pétales jusqu'à tes hanches

Car je t'aime  Indéfiniment 

Poétise ici tranquillement ".

 

Le jaune des pistils s'est attaché 

Aux ailes pour une couleur dorée 

A son réveil ,un bâillement de fraîcheur 

ISAbeille est d'or de bonheur !

 

Mais dans la ruche ,une nuit d'enfer 

Pleurs et cris ,tout l'essaim erre !

Le retour avec le soleil

Chants de joie pour ISAbeille 

Elle sera la reine des abeilles

 

Et le miel de letchis

Va ravir toutes les papilles 

ISAbeille va réussir sa saison 

Avec une sublime chanson.

 

LUCYE RAYE 29 JUIN 207

 

JE N'IRAI PLUS...

Rivage solitaire  où s’étendent à perte de vue les dunes .Les filaos de bois de fer me protègent de la lumière ! Flux et  reflux de cette eau turquoise , mes vers de liberté voguent au gré de la timide houle  à la marée basse !  

S'offre à mon regard un tableau d'artiste ! Ô mon ciel  ! Un crépuscule austral , les nuages se donnent la main . De réels arcs -en -ciel dans le firmament ,des couleurs vives courent de l'horizon s'attachent aux monts avec le soleil  : une boule rouge  de mon volcan . Un panorama indescriptible ! C'est  devenu hallucinant et aveuglant  pour mes yeux  qui s'y promènent   !

Mais mon coeur  : un gris  sombre du lagon  à peine visible! L'astre se déshabille de ses rayons , il s'enfonce dans le grand bleu  pour recouvrir la poétesse éplorée depuis maintenant des années!

Sur mon immense espace ensablée  , j'écris ....

 Je n'irai plus au bois car mes orchidées ont été coupées le jour des funérailles ; je l'ai perdu un matin brumeux où la neige dans ce pays lointain avait refusé de tomber en flocons pour blanchir nos coeurs !

Je ne verrai  plus  nos chênes verdoyants dans mon cirque aux montagnes majestueuses ,elles  me lancent trop souvent des clins d'oeil nostalgiques .

Je ne reviendrai plus jamais sur cette plage romantique  ; corps repus d'amour  ,on s'endormait sur le sable mouillé jusqu'au petit matin ! C'est là  que je suis devenue femme .

Je ne pavanerai plus dans les boutiques achalandées de robes magnifiques car je n'en ai plus envie  , il n'est plus là pour me dire que je suis belle !

Je ne me baladerai plus autour de mon île ; les pailles en queue  se sont envolés,mes sens ont disparu  ,mon regard aveuglé par le couchant : jamais je ne les reverrai nos oiseaux blancs...

Et je ne sais plus marcher ,je suis sans joie  sans lui avec moi !

Depuis tout ce temps ...Je n'ai plus de pleurs .Je chante  avec mes arbres d'acier car ils calment mes cris les plus sauvages....Leurs aiguilles sont si sages .L'alizé capture mes murmures,ils  sifflent en écho sur mon océan ; ils touchent  toutes les âmes.

Ma poésie est là à attendre . . . Que je rime ! Elle n'est pas amère.

Allongée sous ses "sapins créoles"...Mes paupières se ferment .

La marée est haute . Et les vagues avancent infernales  : des ruisseaux de mousse  avalent  les lettres  ,les phrases ... Elles sont dans ma tête pour les immortaliser sur une page illustrée !

Mais j'ai crié ...Hurlé que je ne viendrai plus jamais !

Je n'irai plus !

Dorénavant , je ne ferai que rêver ....De celui que je ne peux oublier !

LUCYE RAYE 26 JUIN 2017 (photos internet Coucher de soleil Plage de l'Etang-Salé 974 REUNION )

 

Exotiques pensées .

Nos cœurs se croisent si sages

Je me laisse bercer comme une image

Les strophes  sont sans rage 

Une belle leçon à tout âge!

 

Même les illustrations sont de rêves

Aucun cauchemar quand on se lève

Notre passion nous  soulève

 

Et au réveil ...J'écris sans penser 

Je balade mes doigts sur le clavier 

Une création d'une belle ballade spontanée !

 

Tu me retiens 

Avec ta main 

Tu m'aimes nue dans cet exotique  jardin!

 

Car tu me rejoins tous les matins 

Chantant avec les cascades près du  jasmin 

L'ylang -ylang , frangipanier et cumin

Se mêlent à nos vanilles en un  joli refrain.

 

Nous cueillons nos pensées

Les fleurs raniment nos idées !

 

Et je reviens 

Pour écrire nos quatrains !

 

L'orangée de l'aube a ébloui mes neurones

Les délicats parfums ont bouleversé les donnes.

 

Tout est apaisement

Nos corps se découvrent évidemment...

 

Ma poésie est devenue  un tapis de désirs

Tu brûles chaque vers de gerbes de plaisir....

 

Je lâche tout 

L'ocre de l'aurore  nous a rendus fous !

LUCYE RAYE 23 JUIN 2017

AMOUR CYCLONIQUE.

 

Tout est interrompu momentanément

Avec ce temps !

Il ne fait pas beau 

C'est mon cœur qui saigne de mots

Alerte maximale ...Ciel rougeoyant

 Celui de mon corps est grisonnant

Car mes cheveux tous blancs.

Mes rides en sillons profonds

Captent  mes lacrymos en furibond !

Tout est  déluge

Mon esprit  a besoin d'une purge.

Et , toi  encore si loin ,

Tu n'y peux rien.

 

Ce cyclone sera baptisé:

Je vais le nommer

De ton nom:

Amour! Quel beau prénom!

 

Je t'attends 

Evidemment

Tu boiras mes pleurs

Par tes baisers de bonheur

Tu corrigeras mon visage 

Avec des beaux maquillages

De ton écriture en ravage

Tu dessineras sur  les murs

Nos silhouettes admirables en capture !

 

Je patienterai dans le noir 

Tu viendras ce soir!                                                                 

 Tes pas  résonneront  dans ce couloir... 

Cyclone Amour est annoncé

Il fait sombre...Tu ouvriras la porte de ma chambre bleutée !

 

Tes yeux seront couverts d'embruns! Est -ce la houle en furie ?

Te  l'ai- je déjà dit que je t'aime plus que tout ? .. A la folie!

 

Viendras-tu ce soir? Avec cet Amour cyclonique

Une explosion volcanique ,

Notre vie sera féerique

Tu  seras là  cette nuit!

Il pleut  de larmes de pluie

Avec un vent sifflant d'ennui

Et  je me fais des soucis:

Mais l'on s'aimera 

Car Amour est plus puissant que les lois !

 

LUCYE RAYE 20 JUIN 2017

Photo personnelle ...Ciel rouge avant le cyclone Béjisa le 31/12/2013 ...LA RÉUNION était en alerte rouge.

 

Ne pleure pas .

 

Des pleurs  sur notre planète pour des empreintes ;

Un tatouage  indélébile d'une divinité sainte !

Le peintre a mouillé de larmes

Océans et continents pour nettoyer les armes !

 

Le blanc de cet œil est rougi de souffrances , 

Un ruisseau de  lacrymos pour de l'espérance !

 

J'ai joint mes encres

Pour que tout se désencre

En un recyclage 

Pour une vie sans clivage !

 

Ne pleure plus Femme !

Ma plume est là près de ton âme

C'est un miroir de lumière

Pleins de reflets sur notre terre !

 

Ô femme ! Belle comme une marguerite!

 Les bleuets  aux joues roses de jalousie s'effritent ;

 Tous tes maux  vont reverdir

 Et les déchirures  vont guérir !

 

Ne pleure plus bébé sur le sein de ta mère

C'est une bonne maman même dans des déserts ;

L'amertume  s'en est allée avec les rivières abondantes ;

Cette mer rouge de sang bleuit par les averses  vivifiantes !

 

Ne pleure plus  filles et fils !

Mes écrits chavirent et se hissent 

Pour atteindre vos mains

Pour qu'elles caressent encore demain !

 

Ne pleure plus Homme !

On descendra jusqu'à  Rome

Accompagner les  faibles et les plus fragiles

Sur la route  ! Une protection  sans fil .

 

Ne pleure plus poète !

Tes métaphores dans ta tête,

Tu les décores déjà sur cette page 

Éternelle avec le  Cloud en nuage.

 

Surtout ...Ne pleurons pas les artistes

Ne soyons plus jamais tristes

Le  pinceau a dérivé sur  une "mer amère"

Où  trop d'humains y errent !

 

Ce pleur recouvre le globe 

D'une eau précieuse : élargissons nos lobes 

Aidons  le soleil très ému  sur cette peinture 

A ouvrir ses yeux de ses rayons purs !

 

Cette oeuvre d'art  immortalisée dans cette embrasure ,

Se marie avec ma littérature....

 

LUCYE RAYE JUIN 2017  Tableaux de l'artiste Dominique Badar "Mer amère"

 

                  L'écho de la cigale !

 

Au delà des mers ,c'est l'été !

Le jaune brille  avec les coquelicots

Dans les beaux champs de blé 

Et la cigale donne le diapason  du tango !

 

Elle chantera toute la saison .

Une  chanson de mes  amours rêvés

Fendra la terre de mon rayon

La ronde des insectes suit les airs enchantés .

 

Ils  ne m'ont  point vue

Avec mes pas en  ritournelle

Dissimulée sur mon île perdue

Leur chant a fait l'écho en carrousel !

 

Un cor répandu

Sueurs sur les mousses et lierres 

A corps repu

Pour le son  d'hier !

 

J'écoute inlassablement  cette résonance   

En  interaction   mélodique

Pour un  repos sous les arbres géants en transe 

Autour de moi que des falaises pour l'acoustique  :

 

Les yeux clos posés sur le ciel  bleuté

Un doux songe doré à deux

Des pailles en queue me font résister

Ils tournoient en couple très amoureux !

 

Ils me font penser quand tu m'as fait tienne

Mais tu as perdu tes ailes 

Puisque tu les as attachées aux miennes

Et là je plane grâce à elles !

 

Je nous vois comment avec ma Muse ?

C'est une pensée toute rebelle :

Toi en  pirate comme La BUSE

Tu danses avec la plume de  ta belle !

 

Nous sommes à moitié nus

Nos regards flambent de beauté

Que des flammes volcaniques de vue

Qui s'apaisent sous les badamiers *!

 

L'envolée se fait voluptueusement

Avec les oiseaux ...Je t'imagine

Mon homme très  charmant 

Ma  dernière note est  coquine !

 

La cigale m'accompagnant tout votre été

Car avec vous , mon hiver austral sera chaud

Reflet  en  douce musique dans mes réseaux  décorés 

Pour une finale en un sublime  show !

 

LUCYE RAYE  *Badamier  ...Amandier tropical. Arbre de La Réunion .Il peut atteindre une vingtaine de mètres de hauteur. 

 

A LA UNE CE MATIN .

 

Oyé! Oyé!  Sur tous les chemins

Ouvrez ce parchemin !

Sur la croisière  : un rayon "Cristallin",

Naissance au -delà du courant marin!

 

Une annonce tiède  d'un bleu satin :

Une douce fraîcheur du coeur sans gain 

S'accroche au papillon décoré de lin

De ce royaume ,aux cerisiers du jardin .

 

Pour  la Une du matin 

Le Poète  vérifie ses quatrains

Corrige ses fautes : un venin ;

Les majuscules  met de l'entrain

Au début de chaque ver  :  alexandrins 

Sonnets ou des poèmes "libertins"

Il  les veux sans chagrin !

 

Du haut de leur perchoir ,des politiciens

Se sont crus  malins

En changeant les orthographes et pleins de machins

Qui nuisent à nos mots à la fin .

Mais qu'ont fait les académiciens ?

On oublie les ponctuations Cousin ...

On fait quoi de nos interrogations , de tous ses points ?

Et  les exclamations ! Oh ! Ah ! Du  pain 

Sans levain  !

Tirez  un trait sur les suspensions  du voisin !

A surveiller chaque bulletin,

Il faut faire attention . Nous écrivains :

Clamons notre acculturation  à chaque besoin !

 

La une de ce matin 

Oyé ! La criée pour être bien 

Que le flux sanguin

Circule avec ou sans  le vin

Et que tout un chacun 

Sème ses grains

Pour récolter du bons raisins .

Et sur la feuille des dessins

Des abeilles et leurs essaims

Favoriser chaque dessein 

Sur le tamis  ,de savoureux  butins ,

Une vie de miel pour demain !

 

Le titre  apparaîtra tous les autres lendemains 

Car les poètes du monde écrivent  en parfum

Pour que les senteurs du romarin 

Se marient aux géraniums et  jasmins

De mon île créole  au vétiver  et cumin 

Un savoureux mélange  du  sucre de canne , du pin

La lavande , le thym  

Et le tamarin!

 

A la une de ce matin 

Les épices voltigent avec les copains

Tous les artistes sont sereins 

Leurs pinceaux et plumes  se sont joints

Pour un unique tableau de milliards de mains 

Les fleurs et les oiseaux se réunissent en son sein 

Une seule mère pour des verres sains !

 

Oyé!Oyé ! Remplissons- les de rimes avec les serins

Choisissons nos rythmes et le refrain

Chantons jusqu'à la saint glinglin...

C'est  à la Une de ce matin !

LUCYE RAYE JUIN 2017

 

Bonheur à sens unique !

 

Mon Autre de partout  ,

L'avatar de notre NOUS 

Nous sommes confondus,

Le "Je" et le "Tu"...

Nos rêves ne sont plus fragiles

Notre confiance est bien cousue sur le fil.

 

Nous combattons avec nos plumes sans nous blesser

Nous les croisons affectueusement  sans nous lasser !

Sous mes cascades ,les eaux nous murmurent des chants complices

Tu n'es jamais bouleversé et de tes baisers tu me hisses !

 

Ce sont nos éternels frissons qui nous sacrent au firmament 

Je ..Tu ...Fusion du Nous dans mon océan 

Malgré l'ouragan

Ou près de mon volcan

Le cratère nous aspire : aucune séparation 

En cas d'éruption :

Nous nous tenons la main 

Traverser  le temps pour forcer le destin .

 

Nous sommes toujours ensemble 

Même si la terre tremble.

Dans le même sens , notre bonheur est unique

Un destinée atypique !

Je suis Toi ,

Tu es Moi .

LUCYE RAYE 8 JUIN 2017

 

 

Arbre OU Arme...

 

Mots sur cet arbre gris

Comme une arme : c'est mon cri !

Les feuilles vertes se détachent de larmes

Les branches pleurent avec ce vacarme

Signaux de détresse

Les horreurs se tressent 

Le tronc se hisse avec l'écorce

Qui s'effrite de douleurs sur le torse

Les racines s'épuisent de frayeur

Même centenaire il  se désagrège de malheur 

Car la planète tombe en poussière 

L'eau se fait rare  sur la terre :

Tout devient désert

Même l'amour s'éloigne de notre univers !

 

Ma plume en épée pure

Caresse  les rares ramures 

De ce printemps rouge de sang

Elle ne veut pas participer à ce mal cinglant 

Elle réclame un été pour un show 

Que tous les cœurs soient chauds !

Cessez vos peurs de froids!

Respectez la vie d'autrui et nos lois !

Vos crimes sans foi seront anéantis

Et vos couteaux noyés par mes encres bleuies !

 

Criminels sans prénoms

Moi ,j'ai un nom

Et j'atteste sur cet arbre de pommes

Que moi Femme semblable à l'homme

Je continuerai à faire procréer mes vers au poing

Hurler plus haut , plus loin 

Pour que les colombes et leurs rameaux

Brisent les maux 

Car "Terroristes"  vous n'êtes rien 

Que des assassins !

Des lâches qui tuent gratuitement

Détruisent des familles ,des enfants

Tous des innocents !

 

Mon Arbre de paix

Va se proliférer

En Arme de mots 

Chaque lettre brûlera votre peau 

Tueurs ...Chaque feuillage  tranchera vos os !

 

Poètes ,lecteurs ...Nous ne sommes pas des insoumis 

Vous avez tous lu ma poésie 

De cette guerre que les brutes veulent invisibles

Nous sortirons vainqueurs car bien lisibles :

Que la sève coule dans le verre en bonne nouvelle

S'abreuver du meilleur sous le chêne en ombrelle !

LUCYE RAYE 5 JUIN 2017

 

 PROJECTION ...

 

De toutes parts

Je vole

Je suis à part

Je me joins à Éole

 

L'alizé m'emporte

Avec la bruine

Loin de cette porte

Je joue à la  Cajoline

 

Toute frivole

La belle des îles

S'échappe . Je m'envole

Au -dessus des toits fragiles

 

Car le vent me murmure

En sifflements de souffrances

Des cris chavirent les murs

C'est une délivrance !

 

Je suis si fine

Que la brise me caresse

Elle sait que je suis câline

Bien à l'abri entre ses mains de hardiesse !

 

Elles me ramènent à la raison

Je suis seule face à l'ouragan

Et sur tout mon corps des frissons

Un souffle de tourbillon face à mon océan

 

Une projection en  une gifle  immense

Je regarde l'horizon

C'est  une prise de conscience 

Je rentre à la maison !

 

Un silence implacable : le  calme plat 

Mécanisme de défense

Je me suis projetée là-bas

Pour recevoir plus d'espérance 

 

Et surtout te réconforter ! Je te soutiendrai 

Comme la chrysalide du papillon

En guide de la nymphe encore je volerai 

Bien au delà de la création .

 

Je  transformerai en douceur

Nos rêveries de folie dans toute sa splendeur 

 

Je te stimulerai

Sur les abruptes pentes.

Je te porterai 

Sur les colimaçons de sentes .

 

Qu'importe où tu seras

Moi ,je serai toujours là !

 

Je te consolerai

Sur les  caillouteux chemins

Je te suivrai 

Je te donnerai la main

 

Partout où tu iras

Mon rayon de vers te guidera !

 

Vallons ,monts ou volcans

Je grimperai avec toi

Car ma muse océanique est devenu  ce vent !

Je te soulagerai même loin de moi.

 

Je résiste au cyclone et toutes les lames

Même si je ne suis qu'un brin de femme.

 

Je te défendrai

Sur la terre ,dans la forêt que l'on proclame

Je deviendrai 

Le gland sur ton chêne que l'on acclame .

 

Car j'accepte enfin toutes mes émotions

Une tornade de sentiments que je projette

En même temps que les rafales et mes pulsions

Les maîtriser avec la magique baguette 

 

Une féerie de vol  de l' alouette en élévation

Une toute autre identification !

 

LUCYE RAYE 2 juin  2017

 

Quand le poète mourra...

Le poète s'écroule sous ses alphabets 

Toutes  les nuits .  Courtes sont ses journées .

 

La naissance d'une poésie est souvent  imprévisible

La muse hurle avec la plume ancrée

Mais l'inspiration est depuis le début indescriptible

Personne ne sait quand le souffle sera épuisé .

 

Quand le poète  mourra , ne venez pas sur sa sépulture !

Il a froid  : c 'est de son vivant qu'il faut le couvrir ,

Son arbre de vers  est toute sa vie d'écriture

Les feuilles se sèchent à en mourir !

 

Les fleurs sont encore épanouies

Les fruits sont à peine mûrs

Les glands de son chêne s'accrochent à la branche  jaunie

Sa forêt de mots n'est pas impure !

 

Sont-ce les écureuils qui les grignoteront 

Ou les insectes dans cette vieille écorce

 Qui se reproduiront

A la prochaine saison qui se corse ?

 

Car l'été est bien loin

L' hiver austral se profile

L'alizé tout frais vêtu  d'air marin

Se fait entendre de cette île !

 

S'il meurt demain ,s'il passe le pont

Ne criez pas : On l'aimait bien !

Ecrivez -lui sur son tronc 

"Nous  cueillons  tes strophes de bon  matin !"

 

Quand le poète traverse le rivage

Il s'échoue sur un îlot dans un vaste océan

Il disparaît comme un mage

Il est proche du néant

 

Il embrasse les nuages ,

Ils virent au gris avec le temps pâle

Ses métaphores pleurent sur la plage 

Une pluie de lettres sur la pierre tombale.

 

Quand Il mourra là-bas :

Ce qui compte c'est  le jour d'après...

Donc ...Aucune larme ...Surtout pas !

Ses poésies seront sacralisées ...Le poète ne meurt jamais !

 

LUCYE RAYE  30 MAI 2017

 

Commentaire de Pascal Ruiz pour ce texte "Salut Lucie, " Les couleurs du bonheur " sont prises dans dans la palette de la nature, de l'arc-en-ciel, du crépuscule, de l'aurore ou aux quatre saisons de la vie, pour les âmes sensibles le beau porte la couronne de AIMER. Tu es une maman et tu fus une femme aimante, ainsi dans cette double vie, tu as puisé l'encre de tes écrits. A bientôt. 

 

Couleurs du bonheur

 

Les teintes du bonheur,

Des nuances pastelles remplies  de senteurs

Car être heureux a une odeur

Qui chavire les cœurs .

 

Quand le gris se mêle de peur

Le noir n'a plus d'heure

Et c'est le malheur .

 

La souffrance a sa propre couleur

Cachée, bien dissimulée  sans admirateur

Il y a trop de pudeur !

 

Rouge de sang vif dans la poitrine de douleur

Vire au mauve abrasif qui se meurt

 

Même le parfum fuit les auteurs

Loin de la scène de la vie en apesanteur

 

Mais l'homme a un instinct de survie de challengeur

Il court vers l'arc -en -ciel...Il sourit  et devient acteur

Les éclats  en allégresse le suivent en accompagnateurs !

 

Les faux pas n'ont pas leur place : une danse de parfumeurs

Continuez la valse tout  en douceur 

Avec une mélodie vers le bonheur

Car à travers le monde avec toutes les horreurs

Le  "beau Danube bleu" est une splendeur !

 

Qu'y- a-t -il de plus beau qu'une fleur

Pour offrir à toutes les mères ?  Ce sont les moteurs

De notre terre ! Que cette poésie aux mille couleurs

Se posent sur leurs cœurs !

LUCYE RAYE  27 mai 2017 BONNE FÊTE A TOUTES LES MAMANS DE L'UNIVERS 

 

 

EFFET MER .

Je l'ai métamorphosé en un  exutoire à la peur :

Bâtir pour nos enfants un avenir meilleur !

Car lors de cet ignoble attentat ,on a capturé des jeunes âmes

De pureté et le bel âge : je slame de ma vieille voix de femme !

 

Rauque et cassé est devenu mon effet mer ,

Mais les perles à l'orée de tes paupières

Vont effacer ce temps de guerre :

 

Laisse -moi te regarder

Je veux tellement changer

Mon regard sur le monde

Flirter avec toutes les ondes

Car à travers tes yeux  

Un filtre  transparent de bleu!

 

Je chavire tout l'univers

Tu m'aides à admirer ma terre !

Il faut que je l'affronte sans fronde

Éloigner tous ceux qui sont immondes!

Car on a tué des enfants : nos emblèmes

Je crie pour eux que des "Aime"

J'écris cet effet en forme de M 

Pour qu'il soit colombe

M de la paix : refus de la bombe !

 

Laisse-moi  prier avec un requiem de peines

Que cette invocation ne soit pas vaine !

 

Ton œil me guide vers tous les pistils

Un ralliement avec toutes les abeilles de mon île

Pour butiner les cœurs de fleurs fragiles :

Un hommage tout petit soit-il

Pour l'ultime  saut vers un arc -en -ciel très agile !

    

Laisse -moi vider tous les soucis

Je m'en irai sans bruit

Ma valise essorée de toutes les tracasseries

De toutes les horreurs

Car le bonheur 

Est là à portée de main

Même si demain 

C'est encore loin !

 

Laisse -moi profiter de cet instant

Trop court est le temps

Les heures s'égrènent

Ignorons la haine :

L'amour est emporté par le vent

Pour ce poser sur les océans

Par cet effet mer 

Nos désirs de paix  ne seront plus éphémères !

 

LUCYE RAYE   23 mai 2017     Hommage à ma manière aux victimes de l'attentat de Manchester 

 

                         Quel beau cadeau ! 

Etre née dans une famille aimante 

Avoir un papa vigoureux et une maman charmante

Amour et sécurité ! Une fratrie avec des rires et des jeux 

On était tous heureux !

 

Quel beau cadeau !

 

Ils sont tous partis 

Ainsi va la vie 

L'éloignement nous a séparés

Et la mort aussi a frappé !

 

J'ai suivi le fil du temps 

Avec mon mari aimant 

Et mes adorables enfants

Un métier très prenant 

Pour essayer de bâtir un avenir  sur

Pour la génération future 

 

Quel beau cadeau !

 

Une retraite bien méritée

Je fais  ce que j'ai toujours désiré

Ecrire mes poésies et les semer

Mes recueils ne sont pas déchirés 

Ni brûlés

On vit dans un pays de liberté 

 

Quel beau cadeau !

Aucune censure de mes mots 

Je suis une femme engagée

Mais la vie ne nous offre pas que des paquets emballés 

De cœurs clignotants et  des nœuds dorés 

J'ai reçu des  semonces ,des avertissements

Mais j'ai survécu à des pernicieux accidents .

 

Maintenant je suis une veuve esseulée

J'ai beaucoup résisté

Et trop enduré

Je crie au monde entier 

Qu'un deuil ,on ne le fait jamais 

On vit avec des yeux larmoyants  rivés

Sur un rivage abandonné !

 

On s'est tellement aimés !

Ma devise : L'amour peut tout sauver !

Et au -delà de la disparition

Beaucoup de méditations

Mes pleurs sont devenus une oraison

Et j'ai retrouvé la raison

 Avec d'autres prières par l'écriture: ma passion !

 

Car avec ma plume : Je peux te rejoindre 

Je veux t'atteindre 

Quand la lune va poindre

En mélodie sans feindre 

 

Mouettes et autres oiseaux

Dormiront déjà  dans les creux des monts

 Ou flotteront sur les eaux

Je toucherai l'horizon 

 

Tes doigts me guideront

Ta bouche m'embrassera de soie

Tes mains me caresseront 

On ne va pas enfreindre la loi 

 

Car là-bas 

C'est un pays de foi

Personne ne nous punira

On s'aimera dans la joie !

 

Te rejoindre 

Réaliser ce rêve 

De douces pensées à adjoindre

Jusqu'à ce que mes jours s'achèvent!

 

Ma muse est éternisée 

Le cadeau est magnifié

Merci de l'avoir déballé !

 

LUCYE RAYE 21 MAI  2017 

 

                        Guerre du net ! CYBER ATTAQUE .

"Un être mystique a prédit qu'une guerre débutera le 13 mai 2017

Les balles tomberont des cieux "....

Il n'avait pas tout à fait tort avec les armements artificieux !

C'est cette cyberattaque géante de l' internet.

 

Les pirates ont bloqué tous les systèmes

Ils réclament les rançons

Les gens se cachent de cette "destruction"

Beaucoup ne peuvent plus envoyer leur "j'aime".

 

Le virus informatique infecte les ordinateurs bien réels

Les entreprises  sont en paralysie ,

Pour récupérer le cadenas  : otage de "Wannacry" 

Doivent payer avec une monnaie virtuelle

 

L'équipe de la cybersécurité a contre attaqué

Pour dire ne de rien payer

Mais le mal était fait

Les hackers ont gagné de la monnaie!

 

Les menaces ont été contenues .

Etre prudents lors de ses navigations 

Car  il existe une possible évolution

Sauf pour les mises à jour de Windows non reçues :

 

                              Donc

Surveiller  le système d'exploitation 

Les  10 commandements ont resurgi *

Comme Moise sur le Mont Sinaï 

Pour une protection :

 

"1. Les mises à jour tu feras

2. Les équipes et les utilisateurs tu informeras

3. Une attention particulière sur l'externalisation tu porteras

4. Toi -même...Tu te jugeras

5.  Tes utilisateurs...Tu les reconnaîtras

6. À ces utilisateurs, l'usage du mot de passe tu imposeras

7. Le nomadisme, tu géreras

8. Ta gestion, tu homogénéiseras

9. Le réseau tu segmenteras

10. Tes données tu chiffreras".

 

Et les téléphones portables connectés 

Sont touchés avec les réseaux sociaux

Par la "danse du pape " ...Une trouble vidéo !

Le virus  "détruit "le mobile : un danger ...

 

Une cyber attaque de grande ampleur est en cours

Les dernières nouvelles ne sont pas réjouissantes

Cette attaque me hante

Et par ma petitesse  ,je vous ai écrit un long  cours

 

La guerre du net nous suit ...Blocage  de  ce ver 

Mais surtout pas de mes vers !

 

LUCYE RAYE 17 MAI 2017 (lien spécifique sur mon site protection intellectuelle) 

*Référence dossier sur google 

****"les 10 commandement contre cyberattaque"j'ai modifié les articles 4 ET 5

Source : image source actualités intel malwaretech

 

              La ligue ....Une croisière poétique !

 

Des informaticiens ont lancé un défi aux poètes

Un course  de leur talent sur le net

Une bagarre de lettres  avec des notes visibles

Les blessures ne sont pas admissibles !

 

Un voyage au-delà des océans et des terres

Les artistes se croisent à une vitesse de croisière

Ils sèment leurs poésies toutes les 72 heures

Ce n'est plus le désert : que du bonheur !

 

Ceux qui ont demandé de jeter l'ancre ,

Un repos de la plume et de leur encre 

Ont été récupérés pour des semences 

Sans aucune souffrance !

 

Nous flottons 

Nous observons 

Nous lisons 

Nous déclamons 

Sur le bateau de la délivrance poétique

Pour proclamer un futur moins pathétique !

 

Les vers coulent dans le sang des poètes 

Une sève pour un bien être

Une respiration pour que les voiles se hissent

A chaque escale ,les croisiéristes  applaudissent !

 

Sur le quai ...L'abordage 

Des rires et des cris au passage 

Car les lecteurs sont du voyage....

 

Avoir de l'audience dans  "ce paquebot moderne" :

A la fin du challenge cyber poétique en interne

Il faudra bien que l'on décerne 

Les vainqueurs 

Parmi les voyageurs !

 

Les administrateurs restent passibles

Devant les ordinateurs invincibles ,

Ils ont des regards invisibles ,

Mais ils sont sur le qui-vive

De la fidélité des écrivains qui captivent !

 

LUCYE RAYE 14 MAI 2017

La ligue des poètes est  basée à Stockholm (SUÈDE)  Photos  internet montage 

 

                        Etre poète : mon humble avis .

 

L'amour et la beauté de mon soleil levant ,

Un dilemme de ma plume au couchant :

Le doute est venu faire du bruit 

Dans l'alternative et m'encombrer cette nuit 

Dans l'écriture de ma poésie :

Un choix de ce manifeste en toute modestie ,

C'est une épreuve personnelle

Devenue une force naturelle!

Et  ne jamais abandonner 

Avancer .........Eviter d'en douter !

Broyer le doute 

Coûte que coûte !

 

Car être poète

Tout est dans la tête 

Une explosion de mots de maître

En simplicité avec  tout son être .

 

Mon humble avis 

Etre poète : c' est un cri 

Une joie aussi 

Des vers à l'infini

 

Poésie de liberté 

D'humilité 

D'anxiété

Car toute la difficulté 

Réside si on veut respecter

Préserver

Certaines règles avant d'éditer!

 

La muse est remplie de bonheur 

Transmet le rire et la peur .

Une beauté  de broderie en  souffrance 

Étalée de lettres d'espérance !

 

Dans ce monde en déséquilibre

Toutes les plumes de même calibres

Bien ancrées dans "le bateau ivre "

Pour que la terre puisse survivre !

 

Faire valoir la poésie libre 

Elle vibre

En douceur avec le vent 

Fortement dans un ouragan

Elle s'envole avec le papillon

Se pose sur les  rayons

Touche les cœurs

Les yeux en pleurs

Des sourires sur les lèvres de miel

Les visages sont  rayonnants comme le soleil !

 

Un réel plaisir

D'écrire

Mon modeste souci 

Avec mes poésies

Qu'elles soient lues  à la publication

Une déclamation  

Avec de la passion 

 

Je les offre à tous ceux qui les aiment

En caresse sur les poèmes

Des feuilles sculptées de strophes d'or

Pour calfeutrer les maux de métaphores.

 

Ma définition : La poésie est un ensemble de notes musicales que nous envoie le  monde : joie, tristesse ,bonheur ou malheur ...Rires et pleurs font partie de la vie et la note de l'espoir nous permet de continuer à  vivre avec le sourire .                                                    

 

LUCYE RAYE 12 mai 2017 (protection sur mon site avec un lien spécifique  )

Illustration modifiée avec le texte :  L'oeuvre d'art de l' artiste Omid Asadi.(feuilles séchées sculptées  )

 

                                          A Monsieur Le  Président de la République :

                           LA FRANCE A DEMI -NUE .

 

Une nouvelle ère

Dans notre univers

Jeune président nouvellement élu 

Vous prenez  vos fonctions dans une France à demi-nue :

"Couvrez ce sein, que je ne saurais voir"  est démodé

La Marianne est déshabillée 

De sa fraternité 

De sa liberté et et de son égalité

Tout est nudité

Car à cause de  la pauvreté

La  chemise est déboutonnée

Le  pantalon doit être resserré

Les sans abris sont jetés .

Par trop de  lâcheté

Et le manque d'autorité 

Les enfants sont lâchés

Les parents sont dépassés...

Il faut tout légiférer 

Pour recadrer .

 

Monsieur Le Président ,un appel d'une citoyenne

Qui n'a aucune haine

Revêtir notre France

De lois d'espérance

Éloigner la souffrance

Rallier les jeunes sans outrance 

Qu'ils retrouvent la patience 

L'impatience 

A bousculé 

La dignité .

 

Je ne suis qu'une poétesse 

Les artistes sont des élites : une grande richesse 

Pour notre France en détresse

Même si je suis remplie de tristesse

Je vous félicite avec ma plume d'allégresse

Elle vous respecte  malgré  sa vieillesse .

Ambition ...Vous rhabillerez La France de votre  jeunesse !

 

"Libérer, protéger, sécuriser et réconcilier "* : 

Vos objectifs sont clairs pour travailler

Passionnément

Un engagement

Pour LA FRANCE , les pays du monde et les ultramarins :

Avec l'espoir que votre programme ne soit  pas vain .

 

Audacieusement vôtre !

Poétiquement vôtre !

 

LUCYE RAYE 9 MAI 2017 

* Objectifs relevés dans les actualités des journaux!

 

                                         PIANO-FORTE

Cette  image a un milliard de  mots de mon existence fanée;

Un écrit avec des milliers de gammes  sur ce piano -forte* :

Même s'il est envahi de lierres dans ma forêt ,

Je l'ai précieusement gardé  ...Il me réconforte .

 

Je ne suis plus ce que j'étais:

Une femme forte .

Quand tu m'as laissée toute froissée 

 Piétinée en une  feuille- morte.

 

Mais le temps est passé

Des brins de folie : je les colporte

Dans mes vers en brassées

Que mon clavier supporte !

 

J'ai bien changé

Ma boulimie poétique suit la cohorte

Mes strophes se  sont enflammées

Au rythme de mon aorte .

 

La ramure vivante ne crie plus sur le passé

Elle chavire toutes les fenêtres et les portes

Elle renie l'anorexie  et les  caresses  se sont aiguisées 

C'est l'immense océan qui l'emporte 

 

Tu le sais  , toujours je t'aimerai !

La poésie n'éteint pas cet amour de la sorte 

Depuis que tu m'as quittée

La brûlure joue encore les notes qui ressortent !

 

Tout est feu de cette passion fusionnée:

Invisible ,tu me prêtes ta main forte

Les accords  vibrent sur les cordes frappées;

Des échos en tonalités...Peu m'importe !

 

Je chante avec la lune orangée

Les blanches et les noires m'exhortent

De taire ma plume...J'ai atteint le firmament étoilé

En allégresse sur ton piano -forte !

 

LUCYE RAYE 6 MAI 2017

**Piano-forte : instrument à clavier et à cordes frappées, ancêtre du piano  

 

   NUIT VOLCANIQUE .

 

Hiver crépusculaire

Alizé a pris sa demeure

Il n'a pas d'heures

Fraîcheur

Sur mon univers !

 

Et là mon  volcan !

Il bouge dans ses entrailles

Il bouille de laves en pagaille

Une vraie bataille

Ce n'est qu'un gonflement !

 

La nuit est noire 

Même mon ciel est obscur

Une bagarre impure

Ma muse rejette le pur

C'est prémonitoire!

 

Mais je n'ai pas peur

De ce sombre

Une lumière ranime l'ombre

Catapulter dans les décombres

Je rêve toujours du bonheur !

 

Le couchant a disparu

La lune est devenue brune

En femme prune

Je soulève les dunes

La Fournaise me salue !

 

Telle une flamme

Lumière et miroir

Il ne fait plus noir

Double reflets ce soir

Éruption en mon âme 

 

Par nos jeux amoureux :

Le cratère en fusion

S'enflamme par nos expressions

L' éloignement ne tarit pas notre passion

Ils ne sont pas dangereux !

 

Est ce que ce feu va se propager?

Des coulées féeriques

Tout sera magique 

Les scories ne seront pas maléfiques !

Où va--t-il  s'arrêter?

 

La cheminée ne fait que geindre

De ce soir volcanique si palpitant

Jaillira de nos cœurs en flamboyant

Un amour de laves de sang

La nuit ne va pas l'éteindre

 

Car j'écris de ma chair 

Je suis bien sur mon île : MA  TERRE  !

LUCYE RAYE

           MUSIQUE DU SILENCE .

 

Le silence siffle assourdissant 

Avec le bruissement 

Car souffle le vent !

C'est une insonorité insoutenable 

Qui brise en implacable 

Ma muse inaltérable.

 

Je parle seule

Avec le muguet ...Et  une glaïeul

Je crois qu'elle a un œil .

 

Elle me regarde de ses pétales flétris

Il n'y a plus d'eau dans le vase fleuri

Ce calme a séché tout en ennui !

 

Je fais glisser ma chaise "pourrie"

Le grincement réveille ma maison endormie .

Enfin un bruit!

 

J'ouvre le robinet

Cet or blanc tant désiré

Pour étancher la soif de mes fleurs ensommeillées!

 

Tout respire 

La pause  me donne un sourire

Même ma poésie se met à rire !

 

Le brin de muguet :

Les clochettes se mettent à   résonner 

 

Devant le miroir ,je danse 

La  musique du silence

 

Tout est de transparence

C'est le reflet de ton absence .

 

Tu m'as appris à t'attendre

Avec des notes tendres

Nous sommes les artistes de l'amour

Tu m'as guidée en chef d'orchestre toujours :

 

Musique de discrétion  en une  belle symphonie ,

Un sublime plaisir de ton retour stimule mes envies !

 

LUCYE RAYE 30 avril 2017

 

Confidence d'une mère...A l'orée du muguet  !

 

A l'orée du mois de mai 

On prépare les brins de muguets

Les clochettes sont à peine écloses

Une mère en confidence se pose :

 

Il y a de ce là quelques ans  passés

Tu menais ta vie de liberté ,

Tu étais jeune mon enfant

Beau ,robuste évidemment !

 

Une nuit ,tu n'es plus revenu

C'était un crépuscule de silence aigu

Une balade insolite avec un copain

Même l' aurore était noircie le matin!

                             

 Un certain vendredi du mois de mai

Tu n'es pas rentré!

Jeunesse dans l'insouciance 

Vous avez commis l'inconscience.

 

En ce jour de congé

J'ai beaucoup pleuré

Pleurs sur mon enfant sans connaissance

Après le choc en puissance 

 

 Si  tragique

Insécurité routière maléfique

Me rendant un fils pathétique

Au corps squelettique

 

Ton courage vu ton bel âge t'as permis de résister

Vingt ans que tu n'as pas apprécié

Etat comateux

Des soins dangereux

 

Ton corps a supporté

Ton âme : ressuscitée

Ré -éducation persuasive

D'une passion explosive

 

Tu nous es revenu 

Moins nu

Plus aigri 

Mais mûri

 

Et tu allumes la flamme de la vie 

Tu es joie et  mélancolie.

 

Mon cœur pleure encore sur cet accident 

Qui date de dix neuf ans .

Tu es vivant :

 

Ange  pour certains 

Diablotin 

 Pour d'autres ! Tu es humain.

 

Jeune vif écorché

Sportif  accroché 

A la vie, 

Tu as tenu ,tu es ressorti

Des entrailles de l'enfer 

Et avec la lumière  

Du paradis 

Tu es là  plus fort et plus aguerri.

 

Une mère n'oublie jamais ses moments pénibles 

D'un fils entre la vie et la mort !Souvenirs irréversibles .

 

La médecine  a fait ses preuves

 Je suis ressortie de ses épreuves 

Avec trop d'amertume : mes maux se sont étiolés 

La beauté de la vie ,tu me la transmets . 

 

Tu vis avec une énergie débordante  et d'espérance

Ton sport de combat est une sublime  défense!

 Mon cœur de mère sourit  malgré la  pluie incessante  

La vie est une rose de confidence éclatante .

 

Il y a longtemps

 Fleurs tristes dans le vent :

Le malheur est venu frappé à ma porte .

Le bonheur est rentré par la grande porte,

Union des fleurs immaculées : Nouveauté

A la lisière de ce joli mois de  muguets!

 

Tu  prends soin de ta mère 

Tu as vaincu toutes les misères !

 

Je t'aime tant

Merci mon enfant !

 

LUCYE RAYE  27 avril 2017

 

                    Bouton de ma FANTAISIE !

Je surplombe les hauteurs de ma ville

Une image de rêve féerique me plonge

Dans un autre ailleurs loin de cet été de mon île

Des frissons extraordinaires se répandent dans ce songe !

 

Le vent siffle et rompt ce  profond silence

Les pétales  se sont détachés des sépales exotiques

Même les fleurs s'autorisent cette liberté immense

Tout est senteur et je tremble de cette  vie fantastique !

 

Oh ! Comme j'aimerais être cette ombrelle de pistils  

Dans la tiède brise , me métamorphoser en parfum

Que des nuances sublimes et très subtiles!

 

Loin de ce caillou volcanique ...Se poser sur ton veston :

Ma  fantaisie se déboutonne peu à peu dans ce jardin

S'y accroche à toi  jusqu'à perdre la raison ...

LUCYE RAYE 24 avril 2017

 

          PLUIE FÉLINE  ...

 

Ciel menaçant 

Le noir prime

Les nuages sont résistants

Même l'alizé ne joue plus son hymne!

 

Ma ville va pleurer

Il fait lourd

Un poids à supporter

Mes rimes courent :

 

A l'abri

Les oiseaux ne chantent plus

Leur amour se fera sans bruit

De  plaisirs inconnus .

 

Vive la pluie

Au contact de ma peau dénudée

C'est un tumulte indéfini

Un bonheur sans bouger 

 

Immobile

Toute féline

J'accompagne les pailles en queue de mon île

Cette averse exquise est si fine 

 

La bruine me glisse entre les branchages

C'est un véritable défi tombant du ciel

Qui me saisit au passage

La pluie est torrentielle 

 

Métamorphose

Femme redevenue

Câline....J'ose 

Toute mouillée aux seins nus !

 

LUCYE RAYE 19 AVRIL 2017

 

Cri de lames .

Une rosace de vitrail  pour les femmes 

Des œufs de Pâques pour les enfants sages

Ils ont une belle âme

Des sourires lumineux sur tous les visages .

 

Je chantonne sereine

Cette ballade de lumière pour Elles

Quand j'aperçois cette reine

Sur ma plage ,je fais une ritournelle.

 

Cette princesse devrait être habillée

De robe en lame d'or ou d'argent

Taillée dans des étoffes lamées brodée 

Elle est toute dépenaillée cependant !

 

Comme une fine lame d'une épée

Comme celle d'un couteau

Son visage est maigre et allongé

Car laminé de maux !

 

Il y a bien trop de bombes

La misère est à nos portes

La liberté se cache dans les combes

Il faut que je la colporte 

 

Ma poésie libre  avec la colombe

S'envole avec les nuages

Pour arrêter l'hécatombe

Je vais hurler sur ce rivage 

 

Une rose pour cette dame

La mer la soulèvera entre deux creux de vagues

Qu'elle se pose sur chaque lame 

Des houles successives d'espérance nourrie d'algues !

 

En ce jour de fête pascale, ce cri dans ma tête

Mon fleuret de plume sans blessure : Un jeu de lames

La finesse  de l'escrime du poète :

Que la paix soit victorieuse et que le monde se calme !

LUCYE RAYE 17 avril 2017

 

JE SUIS VENUE TE DIRE ...

 

Je suis venue te  dire

Tout ce que je viens d'écrire

Dans ce téléphone ultra- moderne

Un message gravé d'ondes en alterne .

 

Des mois ,des années maintenant

On ne compte plus le temps!

Le matin ,nous allumons  nos appareils 

Et nous  cherchons  le point vert : notre réveil .

 

Nous connaissons les pièges du net

Responsables ,nous les gérons sur notre tablette 

Jamais à l'aveuglette 

 

Nous avons brisé notre solitude 

Avec cette amplitude 

Sans aucune lassitude 

 

On se parle ,on partage nos bonheurs

L'écran nous unit aussi dans nos douleurs !

 

Non !Ne raccroche pas !

Ecoute au moins une fois !

Puis tu enregistreras

Pour que tu ne m'oublies pas !

 

Tu sais tout de moi 

Je connais tout de toi

On n'entend que nos voix

Je refuse que tu me vois!

 

Malgré que  nos profils en photos

Soient en arrière-plan sur nos bureaux.

Nous apprécions  nos âmes

Cette  force nous enflamme

Notre personnalité a plus de valeur que notre physique

Notre relation lumineuse est plus que magique!

 

Nos paroles n'ont plus de frontières

Elles s'imprègnent de la lumière!

Ce n'est que du virtuel

Mais nos émotions sont bien réelles!

 

Nous avons chacun notre ordinateur à la main

Nous tournons les pages de rêves chaque matin!

Nous prenons grand soin

De ne pas abîmer chaque coin

Trop sensible si on le plie:

Je frissonne à chaque épisode quand je te lis!

Tu connais chaque strophe de mes poésies !

 

Je vais ranger cette clé tout simplement

Sans un autre disque évidemment !

Il fallait que je te le dise

Elle n'écrira plus ta Lise !

 

Allô ! Tu sais ce qui est beau

Je n'ajoute pas d'autres mots ,

Appuie sur "Play" ! Relis -moi 

Puis de nouveau écoute-moi !

 

Je coupe .On sonne à mon interphone........

...................................................................

Et tu es là devant moi avec ton  téléphone !

La  réalité 

A dépassé la virtualité !

 

Nous sourions tous les deux de cette nouvelle douceur

Une découverte de plaisir rempli de bonheur 

Qui va basculer notre ordinaire

Des sensations réelles extraordinaires !

 

LUCYE RAYE  10 avril  2017

 

LES CRIS DES ARTISTES .

Avant de préparer son attirail ,

C'est une véritable bataille 

L'artiste nettoie son âme pour la beauté. 

Il veut tout faire vibrer  

Sans dessus -dessous dans "son atelier"!

 

Des mots et des cris

Des maux écrits

Au crayon  ou au stylo

Avec des notes sur un piano

Ou des clichés en photos

A la craie sur un tableau

Une sculpture à l'argile et à l'eau 

A l'encre tatouée sur la peau

Des cris gravés :Se faire entendre au plus haut !

 

Tous les artistes mènent une action sans merci

Sur la route du bonheur de la vie!

Ils crient par leurs créations, leurs pensées 

Leurs pinceaux ,leurs musiques toute une vérité!

Ils sont contre la méchanceté ,la violence

Les guerres et les souffrances !

 

Aucun abandon de  ce combat  interminable:

Ils marchent sur le chemin ,veulent des déserts arables,

Ils trébuchent sur des cailloux mais se saignent vers l'espérance

Et  ils labourent jusqu'à la source de bienveillance!

 

Ils puisent dans le puits du passé

Pour ne pas le sécher

Et en tirer que de la dignité 

Pour un futur de liberté !

Les artistes ont une grandeur d'âme

Généreuse et juste :Hommes, femmes

Poètes sculptent l'amour ,la bonté

Dans des vers de justice et de paix !

 

La ligue des artistes ,un perpétuel partage

Qui ranime tous les rivages:

Les lecteurs sont de passage

Un sourire sur leur visage 

Que le firmament soit brillé d'étoiles!

Qu'il fasse beau ou mauvais ,serein est le voile!

 

Ô Poètes du monde 

Rassemblons nous sur les ondes!

Solidarisons nos encres amplement 

 Avec des  plaisirs magnifiques gracieusement.

 

Continuons la lutte jusqu'à la date finale,

Loin est le terminal ....

Mais l'oeuvre fera grandir la chandelle

Pour la génération nouvelle !

LUCYE RAYE 3 avril 2017

Nos enfants, nos entrailles.

 

Nos enfants ,nos entrailles 

Une perpétuelle et belle bataille !

 

Etre parents : beaucoup d'amour c'est gratifiant

Une vie  de joie ,d'inquiétude et d'épuisement ,

Un sublime parcours à l'épanouissement !

 

Nous sommes des mères ou des pères

Qui versent encore des larmes amères

Quand nos fils ou nos filles quittent nos ailes protectrices

Et coupent " le cordon ombilical"pour une autre vie libératrice !

 

Avec la nouvelle technologie ,nous leur envoyons l' arc en ciel

Nous les voyons évoluer dans ce monde cruel

Ils n'ont connu ni guerre ni privation

Et l'amour est toujours de passion 

Mais nous souffrons de cette séparation

Nous avons peur d'un lendemain

Car trop soudain

Des attentats aveugles sont  malsains  !

 

Nos enfants ,nos entrailles

Ils découvrent bien des failles! 

Et on leur crie :"rentrez au bercail

Nous tenons toujours le gouvernail

Papa ,maman défient les ouragans 

Et les grands parents

Prient  les bisaïeux ;

Regards tournés vers les cieux :

Pour que l' amour maternel

S'accroche à la flamme éternelle

Que cette lumière soit plus invincible que le temps

Et que le bonheur soit bien dans le foyer  avec les attachements "!

 

Nos fils ,nos enfants ,nos entrailles,nos os

Des appels  au delà de ses "deux points zéro"

Nos petits enfants ...Prince ! Princesse !

On  vous aime tant dans la hardiesse !

Que cette poésie se pose sur vos coeurs 

Et surtout refusez toujours la rancoeur !

 

Ô POETES ,LECTEURS , MES ENFANTS !

Je suis bien vieille , maintenant 

Et cependant

 Je cours !

Je participe à ce concours .

 

J'étale mes vers de "folie" en les rimant

Pour être plus chantant;

Que des milliers d'yeux

Puissent les découvrir radieux

Que tous les enfants perdus du monde

Jouent  sur les ondes ,

Retrouvent leurs mamans ,

Un bel espoir attendrissant !

 

Et que la  vie  de tous ne soit pas jalonnée de chemin de lierres vieillissants 

La génération future sourira en me lisant !

 

"Nos enfants ,nos entrailles"...

J'ai voulu briser la grisaille:

Par ce long récit poétique avec mes rayons

On se rapproche ,il n'y a plus de  séparation !

 

LUCYE RAYE  27 mars 2017

 

TU N'EXISTES PLUS .

Dans ce vent  d'été ,

Je suis glacée:

Je pense à ce matin enneigé

Quand tu m'as quittée

J'étais gelée

 Tu étais froid

Je restais là ...Moi !

Tu n'étais plus là.

 

 Aube cruelle !

Je ne croyais plus au ciel !

Un poignard dans le cœur

A tout jamais coincé de pleurs!

J'ai pris cette arme 

Pour éponger mes larmes

Couteau devenu  plume ou pinceau

Pour  reconstruire ma vie de  tableaux !

 

Depuis cette aurore glaciale

Même ma  saison australe

Est  hivernale:

Tu n'existes plus

Tu as disparu 

Ne reste qu'un nom anonyme

Que je grave dans cet hymne!

Un prénom oublié 

A jamais tatoué

Sur ma peau

Pour que tu sois beau !

 

Tu n'existes plus

Mon cœur est un vide nu

Je le comble de mots adoucis

Pour qu'il soit enfin rempli

De vers de laves fluides rougies

Ne jamais t'effacer de ma vie !

 

Que des initiales sur une page blanche!

Je les lithographie sur des planches

Pour finaliser une jolie banderole

Qu'elle s'envole

Comme un cerf volant 

Rejoindre les nuages  blancs !

 

Je  tague sur les murs en une tapisserie 

Ton nom ,ton prénom  parés de joaillerie !

Tu n'existes plus ...Mais autour de moi tu vis !

 

Car la poésie est un sanctuaire

Où des poètes de la terre

L'utilisent pour  combler leur cœur de désert

En un recueil de fibre de verre!

 

LUCYE RAYE 20 mars 2017

(Texte en protection intellectuelle sur un lien de mon site )

 

                            Je ne suis pas née poète.

 

Aucun bruit lors de mon réveil d'horizon blanchi

Le chant des oiseaux  a disparu dans l'indifférence

Ils se cachent loin de l'orage et de mon île de pluie 

Je ferme les yeux sur le bateau de mon passé ...Je pense !

 

Je suis devenue une  femme poétesse 

En lui écrivant des lettres

Les siennes étaient remplies de hardiesse !

Les miennes beaucoup plus discrètes!

 

Mes joues rougies sous les branches inextricables

Notre cachette favorite toute tremblante pour les déployer ;

Avaler les pages de nos yeux ,elles devenaient  indéchiffrables.

Seule ,je répétais à voix haute pour que chaque mot soit  chanté !

 

Je ne suis pas née poète 

Mais j'ai lu et écrit beaucoup de vers

De tous les grands hommes et femmes poètes

Ils sont devenus les modèles  de mon univers.

 

Je m'abreuve encore  de métaphores

Je me nourris de poésies de liberté

Je suis libre de mes strophes et je crie très fort:

Que j'aie une âme de dame très libérée !

 

LUCYE RAYE 13 mars 2017

 

 

                             Où es-tu poète?

Où es tu poète?

Tu es sur le faîte...

De la houle de cet  océan

Tu surfes avec  le vent!

 

Es tu dans cette forêt de chêne?

Tu recherches les glands en chaîne:

Ton âme vacille avec le printemps pâle

Tu cries avec les "fleurs du mal",

Tu cherches une place

Dans ce monde de glace !

 

Tu glisses entre les pics et les monts

Tu n'as plus peur d'atteindre l'horizon !

Tu as rejoint  les écrivains

Ils te donnent la main !

 

Où es tu poète ?

Tu écris , c'est la fête

Assis dans cet été 

Au milieu des cocotiers

Tes vers vont être peints

Les artistes ont toujours faim

Pas de pain 

Mais des lettres au parfum!

 

Où es tu poète?

Avec ta tête 

Bien faite

Des images ...Tu en as plein 

Tu te poses enfin 

A la ligue des poètes !

 

Ô poètes ! chantez la vie et l'espoir

Partagez vos joies et vos peines même dans le noir

Remplissez vos cahiers de métaphores

Tous les hymnes à l'amour sont d'or !

 

Où es tu poète?

Tu es là poète:

Reste dans ce sublime monde

Ajoutez les étoiles à la ronde !

 

LUCYE RAYE 6 mars 2017

 

Commentaire du texte du 27 mars 2017

Claudine Marchais Dendraël Nos enfants, notre plus beau cadeau et notre plus belle réussite. Surtout quand ils ont enfin trouvé un but pour leur avenir ! Je vois mes enfants ainsi et je les aime tant. Au nombre de trois, j'ai deux filles qui ont quitté le nid avec chacune un travail très prenant et mon fils né après bien des complications qui vit avec moi en attendant de se trouver un travail. Il est mon rayon de soleil et de plus j'ai 6 petits enfants ayant remarqué que vous y faites allusion dans ce beau et authentique poème Lucye Raye ! Merci

Écrire commentaire

Commentaires : 0